Les écologistes veulent une loi pour bannir le mercure dentaire

Des élus écologistes ont réclamé une loi pour abandonner dès 2015 les amalgames dentaires au mercure, en raison de leur « dangerosité » pour l’environnement et aussi pour la santé humaine, alors que ce matériau reste très largement utilisé.

Des élus écologistes ont réclamé une loi pour abandonner dès 2015 les amalgames dentaires au mercure, en raison de leur « dangerosité » pour l’environnement et aussi pour la santé humaine. « Ce mercure il faut l’éliminer de notre environnement », a déclaré l’élue écologiste européenne Michèle Rivasi, lors d’une conférence de presse organisée avec la sénatrice Aline Archimbaud (EELV), le député Jean-Louis Roumegas (EELV) et des responsables des associations Réseau environnement santé (RES) et Non au mercure dentaire.

Ces élus plaident pour une loi qui imposerait l’arrêt du remboursement par la Sécurité sociale en 2015 des amalgames au mercure, interdirait l’obturation des dents de lait, stopperait l’enseignement de cette technique et son remplacement par des techniques alternatives (ciment verre ionomère et matériaux composites/résines). « Il est en effet extrêmement choquant que la Sécurité sociale continue de rembourser un matériau dangereux pour l’environnement, la population et les praticiens », ont déclaré les élus écologistes qui notent que la Suède, pays pionnier dans l’arrêt des amalgames au mercure, a pris l’option de dérembourser avec un effet “extrêmement efficace” pour stopper leur utilisation.

Plusieurs autres pays européens ont pris des mesures pour éliminer le mercure de la bouche (Suisse, Norvège, Danemark) alors que l’Organisation mondiale de la santé a reconnu en 2011 « des effets délétères à l’amalgame dentaire », selon ces élus. Ces interdictions ne se fondent pas sur des arguments sanitaires, pour protéger la santé de ceux qui les portent, mais sont avant tout destinées à préserver l’environnement. Sur son site internet, le ministère français de la Santé souligne qu’aucune étude scientifique rigoureuse n’a pu mettre en évidence des effets néfastes des obturations en amalgame sur l’état de santé général des patients. Interrogé par l’AFP, Christian Couzinou prévient d’un « grave problème de santé publique » si on supprime du jour au lendemain les amalgames. « C’est la meilleure obturation, elle est sûre, antibactérienne et peut durer 30 ou 40 ans, soulignet- il, alors que les résines ou ciments alternatifs ne sont pas aussi résistants. »