Zoom sur le panorama santé 2015

Zoom sur le panorama santé 2015

Tous les pays de l’OCDE disposent d’une couverture d’assurance maladie universelle pour un ensemble de services essentiels, à l’exception de la Grèce, des États-Unis et de la Pologne.

En Grèce, les chômeurs de longue durée et de nombreux travailleurs indépendants ont perdu leur couverture maladie sous l’effet de la crise économique. Néanmoins, depuis juin 2014, des mesures ont été adoptées afin que la population non couverte puisse accéder aux médicaments sur ordonnance et aux services d’urgence.

Aux États-Unis, la part de la population non assurée est passée de 14,4 % en 2013 à 11,5 % en 2014 grâce à la mise en oeuvre de l’Affordable Care Act ; ce recul devrait se poursuivre en 2015. La part des dépenses de santé restant à la charge des ménages peut créer des obstacles à l’accès aux soins. En moyenne dans les pays de l’OCDE, 20 % environ des dépenses de santé sont prises en charge directement par les patients, dans des proportions comprises entre moins de 10 % en France et au Royaume-Uni et plus de 30 % au Mexique, en Corée, au Chili et en Grèce.

En Grèce, la part des dépenses de santé payées directement par les ménages a augmenté de 4 points de pourcentage depuis 2009 suite aux coupures dans les dépenses publiques. Par rapport aux ménages à revenu plus élevé, les ménages à faible revenu sont quatre à six fois plus susceptibles de renoncer à des soins médicaux et dentaires pour des raisons financières ou autres. Dans certains pays, comme la Grèce, la part de la population qui déclare avoir renoncé à des soins médicaux a plus que doublé suite à la crise économique. En Europe, environ 3% de la population dans les pays qui sont membres de l’OCDE ont déclaré en 2013 avoir des besoins non satisfaits de soins médicaux en raison des coûts, de la distance géographique pour obtenir ces soins ou des temps d’attente, selon l’enquête EU-SILC. La proportion de la population déclarant avoir de tels besoins non satisfaits était la plus élevée en Grèce (où la proportion de besoins non satisfaits pour les soins dentaires est aussi élevée) et en Pologne, et la plus faible aux Pays-Bas et en Autriche. Dans pratiquement tous les pays, un pourcentage plus élevé de la population déclare des besoins non satisfaits pour les soins dentaires, reflétant le fait que la couverture publique pour les soins dentaires est généralement plus limitée. C’est au Portugal, en Islande, en Italie et en Grèce que le pourcentage de la population rapportant des besoins non satisfaits pour les soins dentaires était le plus élevé en 2013.