Innovation : ACTEON présente son scanner 3D "X-Mind Trium" à Milan

 

X-MIND TRIUM
http://www.acteongroup.com/fr/mes-produits/imagerie/imagerie-3d-et-panoramique/x-mind-trium

Sur place, c’était l’événement. La medtech française, a accueilli la presse ainsi que des commerciaux de grandes entreprises et des leaders d’opinion dans les locaux modernes de l’un de ses sites de fabrication européens. Après une brève introduction, les rédactions d’Indépendentaire et de Dentoscope ont pu assister à la présentation du tout dernier « X-Mind Trium ». 


 

Milan. À une soixantaine de kilomètres de la cité lombarde, Varese accueille l’un des cinq sites de production d’ACTEON (Bordeaux, La Ciotat, Milan-Varese, Tuttlingen et Bilbao). Alors qu’historiquement, il s’agissait de l’une des entreprises auprès de laquelle ACTEON se fournissait, cette dernière l’a ensuite rachetée. Aujourd’hui, elle y fait fabriquer tout ce qui est imagerie extra-orale tandis que son autre site de La Ciotat, est dédié, lui, à celle intra-orale.
 
Des hangars lumineux et des espaces dédiés à chacune des étapes de fabrication de ce scanner 3D high-tech : c’est la configuration de ces grands bâtiments varésiniens. Et, avant même la création de ce bijou technologique ou bien même le début de sa conception, ACTEON a souhaité  permettre aux praticienn(e)s  de « démocratiser l’examen 3D auprès de leurs patients ». Plus précisément, le Cone Beam effectue une seule rotation autour de la tête du patient et permet notamment de distinguer tous les détails des images en 3D. Et, ce, via son logiciel 3D : « ACTEON Imaging Suite » : celui-ci donne la possibilité au praticien d’accéder, à la fois à une navigation intuitive à la souris mais aussi de disposer de fonctionnalités avancées. Plus globalement, grâce à ce type de technologie, les chirurgiens-dentistes peuvent désormais avoir une utilisation complète de leur imagerie extra-orale.
 

Afin de pouvoir conceptualiser au mieux cette toute nouvelle technologie, les ingénieurs d’ACTEON se sont, d’une part, basés sur « l’échelle de Hounsfield » (échelle quantitative décrivant la radiodensité) puis ont, d’autre part, investi pas moins de 12 millions d’euros en recherche et développement  pour pouvoir mener ce projet à terme. À cette occasion et au cours d’un repas en extérieur Marie-Laure Pochon, Directrice Générale de l’entreprise d’origine girondine, a notamment rappelé qu’ACTEON, souhaitait « innover pour des solutions plus cliniques et, ce, pour le bénéfice du patient ». C’est d’ailleurs l’une des dynamiques et l’un des axes de développement mis en place récemment dans l’entreprise. Il aura fallu pas moins de 4 ans, de 2012 à 2016, pour pouvoir arriver à sa version finale.

X-Mind Trium : mode d’emploi


À quelques pas de la salle de présentation chaque invité a pu découvrir les différentes étapes inhérentes à son utilisation. Et ce, grâce à une cabine de simulation insonorisée, totalement isolée et équipée, telle qu’il est possible d’installer à l’identique dans un cabinet de chirurgien-dentiste, grâce à un modèle de tête fabriquée spécialement pour ces démonstrations. Juste devant et à l’intérieur de celle-ci, le staff d’ACTEON anglo-italo-français a expliqué, point par point, le fonctionnement de ce scanner 3D.
 
Tout d’abord, au niveau technique et, plus précisément, lors de l’examen, le X-Mind Trium permet« une rotation complète à 360 degrés ainsi qu’une résolution à 75 microns pour une précision des détails ». Il dispose également de « 4 champs de vision pour sélectionner la zone du scan selon le diagnostic recherché et réduire l’exposition du patient aux rayons-X. De plus, il est également doté d’un filtre de réduction des artéfacts pour une meilleure différenciation des tissus (os/dent/métal) en donnant ainsi la possibilité de reconstruire l’image à volonté.
 
Ensuite, le X-Mind Trium octroie la possibilité au praticien d’acquérir une qualité d’image supérieure via des algorithmes très perfectionnés. Ce qu’il a été d’ailleurs possible de visualiser directement sur site ; et, ce, via deux écrans d’ordinateur installés en simultané et auxquels est relié le scanner 3D. Il s’agit tout simplement d’une interface, dont peut se servir directement le praticien au cabinet. D’autre part, le praticien peut disposer de champs de vision adaptés ainsi que d’une certaine géométrie de l’image. En revanche, pour obtenir une qualité optimale, le patient ne doit pas bouger.
 
D’autre part, le X-Mind Trium permet au praticien d’ajuster la taille du point focal mais aussi de régler différents niveaux tels que : la qualité du détecteur, le nombre de projections, la dose et la qualité des rayons x ainsi que la précision de son spectre en donnant la possibilité d’atteindre une stabilité mécanique de l’appareil. Autre point : le X-Mind Trium donne également la possibilité de procéder à certaines mesures. Et ce, quel que soit l’axe. En effet, l’image accède à la même uniformité et à la même résolution.
 
En résumé, selon Claudio Giani, Directeur R&D Imagerie, « le X-Mind Trium associe un générateur à un faisceau conique (CBCT), un panoramique dentaire et un module céphalométrique qui bénéficie d’un système de cassette breveté, rendant inutile l’intégration d’un second collimateur. Le positionnement du patient devient plus aisé, dans un équipement complet qui est le plus compact du marché ».
 
Car, le but de cette présentation, était certainement de pouvoir allier « performance, ergonomie et sécurité ». Un triptyque qui fait indéniablement partie des technologies de demain en dentisterie.   
 

Les points essentiels du X-Mind Trium


                

X-MIND TRIUM

« Permettre la réduction des artefacts »

 
C’est l’une des fonctionnalités que permet le X-Mind Trium. Ce qui est important pour le praticien notamment, c’est ce qui se trouve autour du métal. En effet, il va être possible pour lui d’adapter le filtre avec l’algorythme. Le praticien sélectionne celui-ci en fonction du cliché.
 
Plus précisément, « le X-Mind Trium » est équipé d’un filtre dynamique adaptatif qui permet de reconstruire l’image avec différents niveaux de réduction des artefacts.   

La Céphalométrie 
 
Doté d’un mécanisme breveté, le second collimateur de l’appareil n’a pas besoin d’être positionné directement sur le bras céphalométrique. De ce fait, le patient peut ainsi être placé sur le module céphalométrique plus facilement et plus rapidement. En outre, cela signifie que le bras est aussi plus court.
 
Il offre au « Trium » l’empreinte au sol la plus petite du marché. Celle-ci permet deux avantages : d’une part, le placement du patient est plus commode et plus rapide. D’autre part, les concepteurs, ont enlevé le collimateur. Ainsi, le X-Mind Trium permet d’obtenir l’empreinte la plus réduite possible.
 
Aujourd’hui, quel que soit l’axe que va mesurer le dentiste, celui-ci va pouvoir acquérir une résolution optimale via un algorithme d’acquisition.
 
« Le programme de planification implantaire »
 
Le X-Mind Trium est un outil essentiel pour la planification du traitement et le suivi post-procédure. En procurant une très grande précision d’images 3D de l’anatomie du patient à partir d’un seul balayage, « X-Mind Trium offre une compréhension globale de la mâchoire du patient ». Par conséquent, ce scanner 3D permet d’évaluer au plus juste le volume osseux et la position des structures anatomiques en vue de la pose d’implants. La modélisation en 3D donne la possibilité en outre de choisir la taille et la forme des implants. Et, ce,  proportionnellement à la morphologie du patient.
 
« La solution endodontique »
 
C’est ce que permet d’apporter ce type d’imagerie aux praticiens. Le diagnostic endodontique bénéficie largement de la qualité d’image de « Trium ». Il est obtenu en combinant l’utilisation de petits champs de vision de taille (∅40x40 ou ∅60X60 mm), du filtre de réduction des artefacts métalliques et d’une acquisition d’image haute définition (75 μm). Bien entendu, d’autres applications sont possibles, en dehors de l’implantologie et de l’endodontie, des applications orthodontiques en particulier. 
 

PAVE DE COMMANDE DU X-MIND TRIUM

Depuis une dizaine d’années, l’image est une constante chez ACTEON. Cette entreprise qui emploie pas moins de 650 collaborateurs dans le monde entier et se compose également de 6 filiales ainsi que de 7 bureaux de représentation a notamment développé le « SOPROCARE », le « PSPIX  » ainsi que le « X-mind Trium » . Nous ont été présentés tous les outils fabriqués par ACTEON pour l’imagerie et la radiologie et, plus particulièrement, les produits suivants :

 
« PSPIX  » : c’est un scanner de radiologie intra-oral
«  SOPROLIFE  » : Caméra de diagnostic par fluorescence qui permet une différenciation entre tissus sains et infectés
« SOPROCARE » : Caméra de diagnostic par fluorescence qui aide à la détection des caries, de la plaque et des inflammations gingivales.

Un peu d’histoire…
 
2007 : Whitefox cone beam à grand champ
2012 : X-Mind Trium en développement
2016 : X-Mind Trium 

Positionnement X-Mind Trium
Fabrication X-Mind Trium