Des pays membres de l’UE critiquent le projet européen de réglementation

L’Endocrine Society (18 000 scientifiques et cliniciens internationaux), a indiqué que les propositions de Bruxelles concernant les critères de définition des perturbateurs endocriniens, ne sont pas à même de protéger la santé publique.

Selon l’Endocrine Society, les critères de Bruxelles ne prennent pas en compte l’état de la science en exigeant un niveau de certitude scientifiquement presque inatteignable pour classer une substance dans la catégorie des « perturbateurs endocriniens ». La société savante rappelle que plus de 1 300 études publiées dans la littérature scientifique font état de liens entre l’exposition aux perturbateurs endocriniens et des maladies ou des troubles sérieux. Plusieurs États membres de l’UE, dont la France, ont déjà exprimé leur désaccord avec les propositions de la Commission.