Clap de fin pour la filière dentaire du Clesi

 
Clap de fin pour la filière dentaire du Clesi

La décision juridique est tombée le 27 septembre : le Clesi, ex-Université Fernando-Pessoa, a deux mois pour fermer sa filière en « dentaire ». Le sort des 80 étudiants inscrits dans cette formation reste en suspens.

L’École supérieure d’études médicales (ESEM)-Clesi, anciennement baptisée université Fernando Pessoa en France, s’est vue contrainte par la justice, le 27 septembre, de fermer sa filière d’odontologie qui, moyennant 10 000 euros par an, promettait à ses étudiants de se former deux ans à Toulon ou à Béziers, avant d’intégrer en troisième année une faculté européenne délivrant un diplôme de dentiste valable sur tout le continent.La cour d’appel d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) a ordonné à cet établissement privé de « cesser de dispenser (…) des cours s’inscrivant dans le cadre d’une formation en odontologie, et ce dans un délai de deux mois » sous peine de devoir payer 5 000 euros d’astreinte par jour de retard. Une décision qui doit être affichée sur le site Internet du Clesi et dans deux journaux, L’Étudiant et Var-Matin.

« Une petite victoire » pour le président du Clesi

L’ESEM-Clesi se voit notamment reprocher de n’avoir « pas fait l’objet d’une déclaration régulière lors de son ouverture » et de n’avoir « pas déposé de demande d’agrément dans le délai prévu » auprès des ministres de l’enseignement supérieur et de la santé, alors que cette autorisation est devenue obligatoire en 2013 pour les formations médicales.

Par Rémy Pascal