Le marché français des dispositifs médicaux en croissance en 2019, selon le Snitem

Étude

Le Syndicat national de l’industrie des technologies médicales (Snitem) démontre, à travers le Panorama 2019 des dispositifs médicaux, une filière dynamique et innovante.

Selon le panorama, le chiffre d’affaires du secteur des dispositifs médicaux a enregistré une croissance de 3,7% en 2019, portant le total à 30,2 milliards d’euros. A l’export, les ventes ont augmenté de 9,7%, à 9,2 milliards d’euros.

L'étude, réalisée par D&C Consultants pour le Snitem avec le soutien de BPI France, a comptabilisé 1.502 entreprises (contre 1.434 en 2017), avec une forte dominante de PME (93%). Parmi les 1 502 entreprises du secteurs, 154 ont été nouvellement créées, 47 ont ajouté le secteur du dispositif médical à leur activité et 133 ont quitté le marché. 50% des entreprises spécialisées dans les Dispositifs à Usage Individuel réalisent 41% du chiffre d'affaires total du marché. Plus de 60% d'entre elles ont une activité de production et plus de 80% une activité commerciale en France. Le nombre d’emplois direct est passé en deux ans d’environ 85 000 à près de 90 000 salariés.

Malgré le dynamisme du marché, la filière française des dispositifs médicaux se dit freinée dans son développement. La croissance des ventes à l’export, qui génèrent un chiffre d'affaires de 9 milliards d'euros, en hausse de près de 10%, seraient un "succès en trompe-l’œil », souligne Philippe Chêne, Président du Snitem. « Les difficultés d’accès au marché français, la longueur des délais d’enregistrement, et les problèmes de remboursement détournent les ventes vers l’export".

La pression réglementaire accrue est un des principaux freins cités par les entreprises interrogées. 90% d'entre elles soulignent un niveau d’exigence accru des autorités réglementaires. Selon Philippe Chêne, 2020 sera une année charnière avec l’arrivée, le 26 mai prochain, d'un nouveau règlement européen qui devrait renforcer les exigences pour la délivrance du marquage CE. « Nous sommes un peu à la croisée des chemins, avec une filière en croissance, porteuse d'une activité à forte valeur ajoutée et très innovante, mais l'enjeu réglementaire pourrait être le point de bascule. Il faut faire attention à ne pas perdre notre dynamique de croissance », a-t-il expliqué.
 

N.B-S