Nathalie Hauchard : Remettre du sens dans sa pratique

entretien


Nathalie HAUCHARD

Pour la dirigeante de NH Accompagnement, coach et médiatrice professionnelle, l’épidémie de coronavirus est l’occasion de faire un bilan de son cabinet, sur le plan humain et organisationnel.

Dentoscope : Vous accompagnez et conseillez les chirurgiens-dentistes. Que leur conseillez-vous pour passer le cap de la crise du coronavirus ?

Nathalie Hauchard : Pour ma part, je dirais que le stress est une alarme qui permet de maintenir un degré de vigilance élevé. La crise actuelle est subite et, comme toute période inédite, il est nécessaire de prendre du recul et de s’ajuster pour réussir à trouver sa place et des solutions malgré toutes les contraintes du moment. Je conseille avant tout de pouvoir compter sur les partenaires habituels (banquier, comptable…) et des professionnels pour les accompagner dans cette crise.

Pensez-vous que cette crise sanitaire donne l’opportunité de réfléchir sur son style de vie et notamment son quotidien professionnel ?

Le monde évolue et la crise est permanente, et cela s’appelle « le changement ». Seul le danger peut nous faire changer d’attitude ! À nous de saisir cette opportunité. Aussi, de mon point de vue, il est important de rester concentré sur cette période inédite et subie. Revoir son organisation pour répondre aux besoins du moment, oui, mais en tout cas ce n’est pas une période propice pour envisager avec clairvoyance des projets futurs avec si peu de recul.

Le coup d’arrêt de l’activité des cabinets dentaires est-il l’occasion d’analyser l’organisation de son cabinet et sa rentabilité ?

Sans présent serein et stable, comment envisager ou visualiser un avenir clair et pertinent ? Il est plus qu’important de vivre à mon sens dans le moment présent, de canaliser toute son énergie pour se tenir prêt à s’ajuster aux aléas de cette période inédite.

Comment les praticiens doivent-il gérer l’après-crise, de retour dans leur cabinet, afin de ne pas être submergés ?

Comme tout changement subi, il faudra tout d’abord en retirer un apprentissage, dresser un état des lieux, faire le bilan organisationnel, humain et économique. Il sera primordial de remettre du sens dans sa pratique et, après une si longue coupure, il sera effectivement bienvenu de se faire accompagner pour répondre rapidement à cette réorganisation.

A.T