Le Body Dysmorphic Disorder : une contre-indication aux traitements esthétiques ?

Les préoccupations pour l'esthétique sont communes à chacun de nous et la majorité des imperfections dont se plaignent nos patients ne sont que des défauts modérés. Le principal problème reste donc de déterminer quand la préoccupation pour l'apparence prend une forme pathologique.

Le trouble : « peur d'une dysmorphie corporelle » ou Body Dysmorphic Disorder (B.D.D.), consiste en des préoccupations concernant une ou plusieurs parties du corps présentant des défauts mineurs ou imaginaires. Il s'agit d'un trouble grave qui altère sensiblement la qualité de vie des sujets atteints et les conduit à multiplier les interventions esthétiques. Les patients atteints de B.D.D. représenteraient plus de 10 % des patients en chirurgie plastique et en dermatologie. Ils n'ont le plus souvent pas conscience de leur trouble ou trop honte de leurs symptômes pour en révéler l'intensité.

En dentisterie esthétique, une évaluation psychologique systématique peut sembler une surcharge parfois trop grande. Quelques questions informatives, lors de l'entretien préalable, permettront néanmoins d'identifier les patients qui pourraient poser problèmes. Cet entretien semi-dirigé ou l'utilisation d'un questionnaire doivent permettre de les dépister afin d'éviter des thérapeutiques inutiles et gravement préjudiciables aux patients comme aux praticiens.

En savoir plus : AEOS, numéro spécial Faculté d'odontologie de Bordeaux, numéro 252, décembre 2010