La photobiomodulation en chirurgie et parodontologie

protocole


Applications en complément d’un traitement chirurgical et parodontal.

La photobiomodulation consiste à diffuser une longueur d’onde lumineuse capable de stimuler les processus de régénération au niveau cellulaire. Cette thérapie a une action sur le métabolisme cellulaire de nos tissus en ciblant certaines molécules membranaires des mitochondries, capables de produire davantage d’ATP impliquée entre autres dans la respiration et la réparation cellulaire. Cette énergie lumineuse produit plusieurs effets cliniques de type antalgiques, anti-inflammatoires, ainsi que des effets biologiques par augmentation de la prolifération cellulaire et de la vitesse de différenciation cellulaire. Il résulte de la combinaison de ces effets une potentialisation de la cicatrisation. L’ATP38 exploite la technologie de la photobiomodulation à visée médicale par l’activation de panneaux lumineux (semi-conducteurs collimatés), avec des applications possibles dans tous les champs de la dentisterie.

Photobiomodulation par ATP38 en complément d’un traitement chirurgical (chirurgie simple, chirurgie implantaire, greffe osseuse)

Le protocole suggéré est le suivant (Tableau 1). La thérapie laser faible énergie (LLLT) appliquée à des ostéoblastes en contact avec des implants en titane permet une augmentation de leur attachement cellulaire, de leur prolifération, de leur différenciation et de a production de TGF-béta et d’ostéocalcine (Khadra, 2004, 2005). Toutefois, nous ne pouvons pas conclure à ce jour que l’ATP38 permet de raccourcir le temps d’ostéointégration et le délai de mise en charge : la néoformation osseuse semble plus rapide les trois premiers jours, et la densité osseuse similaire à un acte sans PBM à partir du troisième jour. Davantage d’études cliniques nous éclairerons sur ce point dans les mois à venir.

(Tableau 1)

Pour lire l'intégralité de cet article Dentoscope n°226, connectez-vous à votre espace ou abonnez-vous gratuitement ici.

Dr Amandine PARA