Peur du dentiste : 7 conseils pour apaiser le patient

communication


La « peur du dentiste », très répandue, n’a pas seulement comme conséquence de compliquer les soins. Elle peut aussi conduire le patient à les éviter, voire à y renoncer. Voici quelques clés pour la gérer.

1. Prenez soin de vous (et de votre équipe)

Pour tranquilliser vos patients, apprenez d’abord à prendre soin de vous et de votre équipe. Ayez toujours à l’esprit que l’attitude de l’équipe soignante est contagieuse. Vous êtes stressés ? Les patients le seront aussi, ce sont de véritables éponges. Vous traînez les pieds pour aller au travail ? L’ambiance est délétère ? Ils le ressentiront... et ils angoisseront ! Pas la peine d’adopter un sourire de façade, vous ne les duperez pas. Prenez les problèmes à bras-le-corps. Luttez au quotidien contre les fléaux que sont le stress et le mal-être : apprenez des exercices de respiration, organisez des séminaires pour resserrer les rangs, renforcer la cohésion du groupe… Dites-vous bien que si le stress et le mal-être se transmettent tel un virus, il en va de même pour la tranquillité et le bien-être.

2. Créez un environnement sécurisant

Gommez le caractère anxiogène du cabinet. Adoptez par exemple un design « zen ». Le cabinet où travaille N.C-T en tant qu’assistante dentaire a ainsi un petit air « d’institut de beauté » qui le rend moins intimidant. Travaillez le look de l’équipe, en troquant le blanc des hauts pour la couleur. Proposez aux patients de choisir l’ambiance musicale. Jouez sur les odeurs, diffusez des huiles essentielles. Investissez dans des jouets si vous traitez des enfants. Pensez à d’éventuels aménagements. Le Dr L.C, parodontologue à Quint-Fonsegrives (Haute-Garonne), a prévu un cart sur le côté, afin que les instruments « ne passent plus en transthoracique ». De même, le scialytique est accroché au plafond. De fait, « le fauteuil se retrouvant assez nu, le patient ne se sent pas prisonnier ». Les possibilités sont légion pour sécuriser le cabinet. N’hésitez pas à permettre à vos patients d’appréhender l’environnement en douceur lors de la première consultation, idéalement dépourvue de soins. « Les patients se forgent une opinion très rapidement », signale le Dr J.A, pédodontiste à Paris.

Pour lire l'intégralité de cet article Solutions Cabinet dentaire n°11, abonnez-vous ici ou connectez-vous à votre espace