5 raisons d’utiliser les huiles essentielles au cabinet

communication

© kerdkanno / iStock

En salle de soins ou en salle d'attente, les huiles essentielles peuvent s'avérer des alliées de poids dans votre exercice professionnel. Voici cinq raisons de vous intéresser aux approches phyto - et aromathérapiques.

Les huiles essentielles, extraits aromatiques des plantes médicinales, constituent le coeur de l’aromathérapie, ellemême partie intégrante de la phytothérapie. Elles sont de composition complexe, renfermant les principes odorants volatils contenus dans les végétaux. Parmi les plus connues, la lavande fine, l’orange douce ou la citronnelle. L’époque actuelle voit une redécouverte de l’intérêt de l’utilisation de ces « essences » sur le plan médical, bucco-dentaire et stomatologique, en apportant une vision globale aux maux du patient. Certaines d’entre elles soulagent les douleurs et aident à la cicatrisation ; d’autres accompagneront au long cours les traitements de maintenance parodontaux. Même les douleurs des poussées dentaires des nourrissons et les douleurs dentaires des femmes enceintes trouvent des réponses grâce à ces solutions naturelles. Mais avant de vous suivre au fauteuil, les huiles essentielles peuvent vous servir à apaiser les patients dès la salle d’attente, tout en prodiguant leurs bienfaits envers votre équipe. Encore faut-il savoir les utiliser en toute sécurité…

1. Disposer d'une thérapeutique scientifiquement prouvée
« Douceur, rigueur, efficacité. » Voici le tiercé gagnant de la médecine par les plantes du XXIe siècle, explique Florine Boukhobza, chirurgien-dentiste et pionnière de la phyto-aromathérapie, qu’elle adapte au dentaire depuis plus de 25 ans. « La phytothérapie est une branche de l’allopathie », validée scientifiquement et rigoureuse, au même titre que la médecine conventionnelle.
Une « allopathie douce », mais une allopathie « quand même ! », précise le Dr Boukhobza. Ne vous lancez pas sans formation, les huiles essentielles sont des composés efficaces, qui ne vont pas sans contre-indications. Les préparations se testent toujours à faible dose sur le patient, pour éviter les allergies, mais « il n’y a pas de phénomène d’accoutumance ou de résistance », expose le Dr Valérie Borredon, chirurgien-dentiste au Pian-Médoc, adepte des huiles essentielles en cabinet depuis cinq ans. Les essences diffusées en salle d’attente doivent être soigneusement choisies, la lavande fine, par exemple, très efficace contre l’anxiété, est à proscrire en présence de personnes épileptiques, de femmes enceintes de moins de quatre mois, ou d’enfants de moins de 7 ans.

2. Apaiser les patients et les membres de votre équipe
Les soins sous anesthésie n’ont pas fait disparaître la peur du dentiste. « Les gens nous associent encore trop fréquemment à la douleur, mais le fait est que nous rentrons à l’intérieur de leur bouche », reconnaît le Dr Borredon. Les huiles essentielles peuvent vous aider à changer l’image de l’arracheur de dents en créant une atmosphère de confiance et de bien-être propice aux soins… et ce, dès la salle d’attente. La praticienne girondine détaille sa façon de faire : « Je laisse patienter les patients au moins cinq minutes en salle d’attente, où je diffuse des huiles essentielles de camomille noble et d’Ylang Ylang, aux propriétés hypotensives et relaxantes, afin de les " enrober ". En sortant de ce sas olfactif, ils sont moins sur la défensive. » Et tout le monde y gagne ! Le patient, libéré d’une partie de son anxiété, récupérera mieux (1), et vos traitements auront plus de chance d’être acceptés.
L’huile essentielle de mandarine vous est aussi conseillée en salle d’attente pour relaxer le plus grand nombre de patients et lutter contre les troubles obsessionnels compulsifs. Pour une personne à l’anxiété forte, la lavande fine sera recommandée, mais en traitement individuel, car l’effet est puissant, « deux gouttes de lavande fine, vous frottez entre vos poignets, et faites respirer au patient en salle d’attente. Il vous reviendra bien plus détendu ! », assure le Dr Borredon (pour une anxiété chronique, une « imprégnation » plusieurs jours avant l’intervention est recommandée). Florine Boukhobza, qui est l’auteur d’un guide pratique Phytothérapie en odontologie (Éd. CdP) ajoute qu’en diffusion dans le cabinet, la mandarine peut devenir un atout pour votre cohésion d’équipe, « notamment pour les grosses journées ! ».
 

Pour lire l'intégralité de cet article Solutions Cabinet dentaire n°20 ,connectez-vous à votre espace ou abonnez-vous ici