6 conseils pour adopter la caméra optique

COMMUNICATION


Avancée technologique incontestable, la caméra optique vous permet de communiquer via le numérique avec votre prothésiste et de réaliser des travaux parfaitement ajustés à la bouche de vos patients. Mais pour l'adopter, il faut accepter de changer ses pratiques.

1-Sortez de votre zone de confort

Sur les bancs de l'université, vous avez appris à faire des empreintes conventionnelles et vous avez derrière vous des années de pratique... La dilution des poudres d'alginates, le malaxage des silicones à bonne température, l'insertion du porte-empreinte en bouche, puis la délicate désinsertion, vous connaissez par cœur... Les publications, communications et congrès louent les atouts de la caméra optique mais vous hésitez. « Il faut accepter de changer de manière de travailler, c'est un peu la même démarche que celle du chirurgien digestif qui passe de la laparotomie à la cœlioscopie », explique Sébastien Abin, orthodontiste à Nueil-les-Aubiers (79). Prenez le temps, renseignez-vous car, pour être efficient, tout changement de pratique demande un effort et une réelle adhésion.

2-Découvrez les avantages de l'empreinte optique

« Une empreinte optique est plus fiable qu'une empreinte conventionnelle, estime Marie-Charlotte Russon, chirurgien-dentiste à Fontainebleau (77). Il n'y a pas de risque de contamination, pas de déformation liée au transport ou aux changements de température. Enfin, c'est surtout un gain de temps. » Et pour cause, il n'y a plus qu'à mettre un écarteur dans la bouche du patient, balayer les dents avec la caméra et envoyer un fichier par voie numérique à son prothésiste. Plus besoin de préparer le matériau, de l'insérer en bouche, d'attendre un temps de prise puis de désinsérer le porte-empreinte. Sans compter qu'on ne fait jamais une seule empreinte conventionnelle, on ajoute au moins l'empreinte de l'arcade antagoniste. Enfin certaines étapes n'auront plus lieu d'être : la préparation du colis et le transport par coursier au laboratoire.

3-Prenez le temps de choisir votre modèle

« Vous avez deux types de produits, des caméras tout-terrain performantes et simples d'utilisation à 35 000 - 40 000 € et des modèles entrée de gamme à 15 000 - 20 000 € moins maniables, qui demanderont un apprentissage plus long », fait remarquer Jeff Farbiarz, prothésiste et président du laboratoire LDA. Mieux vaut parfois différer un achat plutôt que de se retrouver avec une caméra décevante qu'on finira par délaisser. On préférera des pièces à main légères, à peine plus grosses qu'un stylo, munies d'un éclairage homogène. Si aujourd'hui la technologie par balayage rapide a détrôné celle par clichés successifs, on vérifiera la rapidité d'exécution c'est-à-dire le temps nécessaire pour relever une empreinte (zone préparée, zone antagoniste et rapport interarcade). On délaissera par ailleurs les dispositifs nécessitant un poudrage, qui, ceci dit deviennent rares sur le marché. Les autres critères à prendre en compte seront notamment : la performance du système optique : résolution, phénomène de déviation plus ou moins important selon les modèles, algorithmes utilisés pour le traitement de l'image, la présentation : chariot portatif avec clavier et écran intégrés ou caméra en branchement USB sur ordinateur portable, démonstrations et de vous prêter du matériel à l'essai pour quelques semaines. « Je loue une caméra, les logiciels sont mis à jour régulièrement et si elle tombe en panne, elle est remplacée dans les 48 heures », déclare Jean-Eric Lachaux, chirurgien-dentiste et implantologue à Paris. Enfin, n'oubliez pas de contacter vos prothésistes habituels qui seront de précieux conseils s'ils ont mis en place un flux numérique. S'ils ne travaillent qu'à partir d'empreintes conventionnelles et veulent s'en tenir là, contactez d'autres laboratoires. « Ces deux dernières années, nous constatons un véritable essor du numérique, 50 % des empreintes que nous recevons sont numériques, continue Jeff Farbiarz. Mais utiliser une caméra ne se fait pas en un claquement de doigts, nous proposons un véritable service client, aux chirurgiens-dentistes en les accompagnant dans l'utilisation de leur nouveau matériel, ce qui les encourage et leur fait gagner du temps. »

Pour lire l'intégralité de cet article Solution Cabinet dentaire 30, connectez-vous à votre espace ou abonnez-vous gratuitement ici.