Comment annoncer une mauvaise nouvelle ?

Comment annoncer une mauvaise nouvelle ?

C’est l’évidence comme marcher sur des œufs… la transmission d’un message qui n’est pas le bienvenu peut pourtant être facilitée en observant quelques règles aisément applicables. Ce sont celles notamment que pratiquent des médecins de l’âme humaine, les psychologues.

Perte d’une dent ou impossibilité de se faire poser des implants, annoncer une mauvaise nouvelle est la cause d’une cascade d’effets que l’on ne maîtrise pas toujours. En revanche, la forme et le fond du message délivré sont le fruit d’un travail de communication qui peut grandement atténuer l’impact de la nouvelle donnée à vos patients. La manière dont on dévoile l’information va permettre de préparer le processus de deuil de la personne soignée.

Se mettre à la place de son patient peut évidemment constituer une première approche… mais chacun ayant son propre fonctionnement psychologique, histoire ou failles, il paraît difficile de prévoir en amont la réaction de l’autre. Être à l’écoute constitue aussi une dimension importante au bon déroulement de l’échange. Faire le deuil d’un traitement espéré ou demandé réside à la fois dans un renoncement et une acceptation. Cette renonciation peut parfois occasionner un bouleversement profond chez un individu. L’article propose de savoir reconnaître l’émotion et proposer des solutions alternatives. Il est également intéressant de faire le point sur notre propre savoir être.

Voir l’article complet « Comment annoncer une mauvaise nouvelle ? » dans Indépendentaire numéro 95.