Quand et comment renégocier ses crédits ?

renégocier ses crédits

Il est souvent rageant de voir les taux d’intérêt actuels lorsque l’on a emprunté il y a 5 ou 10 ans… la voie de la renégociation semble alors toute tracée. Mais est-ce réellement intéressant ? Tour d’horizon de ce qu’il faut savoir avant de renégocier son crédit.

Que ce soit pour un emprunt professionnel ou personnel, une renégociation est toujours possible et peut, sous certaines conditions, s’avérer financièrement avantageuse.

Distinction entre renégociation du prêt initial et rachat de crédit

La renégociation du prêt initial à proprement parler consiste à renégocier directement avec le banquier prêteur les conditions actuelles du prêt et essentiellement son taux d’intérêt. À l’exception d’éventuels frais de dossier, cela n’entraîne aucune indemnité de remboursement anticipé, ni frais de prise de garanties (ex : frais d’hypothèque). Cette solution est de loin la plus simple, mais rien ne contraint votre banquier à renégocier les conditions du prêt déjà souscrit et, sauf la peur de vous voir partir vers la concurrence, il n’a pas intérêt à le faire. La solution consiste alors à se tourner vers une autre banque. En effet, le rachat de crédit implique de contracter un nouvel emprunt auprès d’un autre établissement de crédit – à un taux évidemment moindre que celui initialement conclu – afin de rembourser le prêt initial. L’emprunteur devra dans ce cas s’acquitter des indemnités de remboursement anticipé y afférentes.

Pourquoi renégocier son crédit ?

L’objectif est d’obtenir un taux d’intérêt plus faible. Cela peut permettre soit de réduire le montant de ses mensualités soit de réduire la durée de remboursement en conservant les mêmes mensualités. Le choix vous appartient, mais réduire la durée du prêt sera la solution la plus intéressante financièrement.

Quand renégocier ?

Racheter son crédit implique divers frais (cf. infra « Combien coûte le rachat de crédit ») dès lors, pour que l’opération soit intéressante, il est généralement admis que les conditions ci-après listées doivent être réunies.

• Une différence d’au moins 0,7 % voire 1 % entre le taux du prêt initial et celui du nouveau prêt.

Cette condition peut être facilement remplie même si vous avez emprunté il n’y a que deux ou trois ans.

(Pour avoir une idée des taux d’intérêt actuellement pratiqués, nous vous renvoyons au tableau suivant).

• Le montant du capital restant dû doit être d’au moins 50 000 €. À défaut, l’opération de rachat ne sera pas intéressante.

• Pour être intéressante, la renégociation doit intervenir lors du premier tiers, voire de la première moitié de remboursement du prêt. En effet, pour un prêt traditionnel, les mensualités de remboursement comprennent d’une part les intérêts et d’autre part une partie du capital. Au début du prêt, les intérêts constituent une part importante des mensualités pour quasiment disparaître à la fin de l’emprunt. Cela implique donc que plus l’on attend et moins il est intéressant de procéder au rachat de son crédit.

• L’opération de rachat suppose que vous conserviez le bien pendant au moins deux ans. Une renégociation n’est donc pas opportune si vous souhaitez vendre le bien avant cette date.

renégocier ses crédits