Combien vaut ma patientèle ?

Combien vaut ma patientèle ?

Éternelle question que se pose un chirurgien-dentiste libéral : Combien lui rapporterait la vente de son cabinet dentaire ? Certains disent rien, d’autres, plus rares, une fortune. Penchons-nous sur la réalité pratique…

La démographie actuelle fait que nous observons un non-renouvellement des praticiens partant à la retraite, et donc plus de patientèle à vendre que de praticiens pour les acheter. Ce qui conduit inéluctablement à une baisse des prix de vente. Dans ce contexte, il est souvent bien plus intéressant pour un jeune praticien d’acheter une patientèle plutôt que d’en créer une. Il existe donc toujours un marché pour la vente de cabinet, mais dans cette situation comment l’évaluer ? Nous verrons qu’il existe plusieurs méthodes d’évaluation de patientèle mais, qu’en pratique, son prix dépendra surtout du prix que voudra bien payer un praticien pour l’acquérir.

Les méthodes d’évaluation

L’on constate que la méthode la plus communément utilisée consiste à appliquer un pourcentage de 20 % à 30 % sur la moyenne du chiffre d’affaires réalisé par le praticien sur les trois dernières années. À cette somme doit être ajouté le montant du matériel repris. Celui-ci s’évalue d’un commun accord entre l’acheteur et le vendeur, en tenant compte de sa valeur d’achat, de sa date d’acquisition, et de sa valeur de marché actuel. Toutefois, la valeur du matériel n’est généralement pas très élevée. En effet, il est rare qu’un praticien cède sa patientèle juste après avoir renouvelé son matériel. Cependant cette méthode laisse de côté l’aspect « rentabilité du cabinet ». Or, à chiffre d’affaires égal, un cabinet très rentable se valorisera mieux qu’un cabinet peu rentable.Raison pour laquelle, la première méthode d’évaluation est souvent croisée avec celle consistant à appliquer un pourcentage de 110 % à 130 % sur le bénéfice réalisé par le praticien sur les trois dernières années (matériel compris).

La valorisation de l’immobilier du cabinet

Même s’ils appartiennent au cabinet dentaire, les locaux doivent toujours faire l’objet d’une évaluation séparée. Pour ce faire, le plus simple consiste à demander une évaluation à deux ou trois professionnels immobiliers connaissant bien le marché local et de faire une moyenne de leurs estimations.