Le numérique au cabinet - Pourquoi et comment investir ?

 
Le

Comme pour tout investissement il convient de se poser quelques questions : pourquoi investir ? Quel impact pour le cabinet ? Quel impact pour les patients ?

La dentisterie numérique se développe et s’impose peu à peu, plus particulièrement dans des domaines comme la prothèse, l’implantologie ou encore en orthodontie. Imagerie, prise d’empreinte numérique et CFAO sont une suite d’outils qui ont pris ou vont prendre de plus en plus de place dans la pratique et la vie du cabinet dentaire.

Pour investir sans se tromper dans toutes ces technologies, il convient d’analyser le dévelop-pement du numérique en termes de bénéfice pour le praticien et pour le patient.

Bénéfices pour le praticien
L’investissement conséquent en immobilisation de trésorerie, mais aussi en formation, maintenance, oblige à s’interroger sur le bénéfice que va apporter le nouvel outil au cabinet. De plus, l’impact de l’introduction d’une nouvelle pratique, d’un nouvel outil numérique ne se mesure pas qu’en euros sonnants et trébuchants : c’est toute l’équipe qui va devoir s’adapter, se former.
Nous aborderons pour chacun des outils numériques quel est le bénéfice pour le cabinet, le praticien et son équipe.

Bénéfices pour le patient
Le cabinet n’est pas le seul à bénéficier des dernières technologies, et investir dans les outils modernes doit aussi apporter du confort et de l’efficacité au patient, c’est souvent l’objectif numéro un.
Analysons en détail les trois grandes révolutions numériques au cabinet : l’imagerie, la prise d’empreinte et la CFAO. Nous laisserons ici de côté les outils de type logiciels, informatique, réseau et autre tablette mis à la disposition du patient en salle d’attente qui n’ont pas ou peu de rapport avec la pratique de la dentisterie en elle-même.

1. L’imagerie
Lorsque l’on parle du numérique au cabinet, le premier outil qui vient à l’esprit est la radio panoramique, l’imagerie 3D et tout ce qui est relatif à l’imagerie extra-orale.
Beaucoup a déjà été dit sur ce sujet, aujourd’hui de mieux en mieux maîtrisé. La première analyse sera réalisée par le vendeur qui saura vous démontrer, chiffres à l’appui, la rentabilité d’un tel investissement. Mais il faut tout d’abord revenir sur les avantages non chiffrés : à commencer par l’amélioration du confort pour le patient qui n’aura pas à chercher un radiologue, se déplacer puis revenir au cabinet. C’est un plus indéniable qui va améliorer l’image du cabinet ainsi que votre efficacité. Enfin, présenter un cliché 3D au patient traduit également une meilleure communication, et facilite par conséquent la prise de décision, avec à la clef un meilleur taux d’acceptation. On le voit, au-delà de l’intérêt seulement clinique d’un cliché panoramique 3D ou cone beam, le présenter à un patient améliore sensiblement la communication… et avec elle l’augmentation du taux d’acceptation de devis globaux. Mais quels sont les coûts d’un tel équipement ? Quelle est la rentabilité ?

2. Prise d’empreinte
Seconde révolution : la prise d’empreinte numérique. Les bénéfices pour le praticien et le patient sont mis en avant par les fabricants : gain de temps pour le praticien qui réalise une empreinte en 3 minutes, gain de temps dans la chaîne de réalisation de la prothèse, inaliénabilité de l’empreinte (le fichier numérique ne s’abîmera pas). Si cela semble évident pour les prises d’empreinte simple, il sera moins aisé de réaliser une empreinte avec un appareil encombrant sur une 16 par exemple. Très bonne transition pour parler des bénéfices pour le patient : à commencer par l’absence de réflexe nauséeux lors de la prise d’empreinte, en passant par la réduction de la durée de l’examen et donc la réduction du stress. Enfin, la prise d’empreinte numérique améliore l’image du cabinet en se dotant d’un outil high-tech, la confiance du patient est améliorée. Dans ces conditions s’équiper semble une évidence, mais qu’en est-il de la rentabilité d’un tel investissement ?

Retour sur investissement
Nous avons abordé les bénéfices pour le praticien et pour le patient. Abordons maintenant le retour sur investissement. Tout d’abord, il convient de préciser que le passage à la prise d’empreinte numérique permet une réduction des coûts indirects ou cachés : suppression des coûts liés à la préparation et expédition de l’empreinte, diminution du coût de réalisation et suppression du coût de la matière première.

Pour lire l'intégralité de cet article Hors série Solutions Cabinet dentaire spécial numérique, abonnez-vous ici ou connectez-vous à votre espace