Comment financer son matériel ?

Comment financer son matériel ?

Notre activité professionnelle suppose de gros investissements en matériel… et donc de penser leur mode de financement. Si quand tout se passe bien, les systèmes de location sont satisfaisants, quand ils dysfonctionnent les ennuis peuvent s’enchaîner… Clefs pratiques pour éviter les pièges.

Lorsque le besoin d’un équipement quelque peu onéreux se faire sentir, la première étape est de trouver ledit bien auprès d’un professionnel en la matière, qui bien souvent proposera une solution de financement en partenariat avec des organismes financiers. Rappelons-nous que rien n’oblige le client à souscrire à cette solution de financement, il reste toujours possible d’acheter le bien et de le faire financer par sa propre banque. Le financement du matériel pour le cabinet peut se faire selon trois typologies de contrat détaillées dans l’article : l’achat, la location et le compromis entre l’achat et la location : le crédit-bail. Cet article vous apprendra également les éléments incontournables à étudier (les garanties légales, l’obligation légale de conformité, la durée de l’engagement, les prestations offertes…) ou encore comment résilier un contrat et le non-respect des engagements. Il est important de comprendre que, du point de vue juridique, quand nous signons un contrat pour les besoins du cabinet, nous sommes considérés comme un professionnel. Cela signifie que nous ne pouvons bénéficier des dispositions avantageuses du code de la consommation telles que le devoir d’information et de conseil de la part du professionnel. Attention donc car le droit ne nous protégera pas : nous sommes censés être suffisamment avisés pour comprendre la portée de nos engagements.

Voir l’article complet « Comment financer son matériel ? » dans Indépendentaire numéro 96.