Travailler en couple : vie professionnelle et vie privée font-elles bon ménage ?

Travailler en couple au sein du cabinet : voilà une décision qui mérite réflexion avant d’être envisagée. Car si l’idée peut apparaître, au premier abord, comme un rêve absolu, l’idylle peut cependant vite se transformer en cauchemar si l’on n’observe pas quelques règles essentielles.

Une chose est certaine, les collaborations professionnelles en couple entraînent inévitablement un lot de questions. Il faut y répondre sans détour sous peine de voir son épopée familiale affronter de terribles tempêtes qui au fil du temps engendreront le naufrage de l’entreprise et le vacillement du couple. Les praticiens que nous avons rencontrés exercent depuis de nombreuses années leur métier avec leur conjoint. Avec le temps, ils ont appris à mettre en place des modes de fonctionnement propices à ces relations professionnelles d’un genre unique et à en tirer profit. Tous observent quelques règles au quotidien, au cabinet et de retour à la maison, qui leur permettent de vivre et travailler en harmonie.

Vie privée et vie professionnelle, quelles limites ?

Daniel et Marie-Christine Kraffmuller ont travaillé 22 ans dans leur cabinet situé dans le 18e arrondissement de Paris. Retraités depuis le mois de décembre, ils portent un regard attendri sur leur collaboration professionnelle. « Travailler en couple nous a beaucoup apporté. Il est vrai que nous avions une certaine appréhension à nous associer. En réalité, tout a commencé lorsqu’en 1986, pour des raisons médicales, j’ai dû stopper mon activité pendant deux ans et Marie-Christine m’a remplacé. J’étais installé depuis 1981. Lorsqu’en 1988, j’ai pu reprendre mon exercice, nous avons décidé de nous associer en société civile professionnelle (SCP). Nous travaillions alors trois jours par semaine chacun. Les jours où nous étions ensemble au cabinet étaient les jours les plus dynamiques, il régnait une effervescence médicale et familiale » se souvient Daniel Kraffmuller. De retour à la maison, le couple évite de poursuivre la journée professionnelle et ne ramène aucun dossier sur la table du salon. De même, le praticien en jour de repos ne demande pas à son conjoint un compte rendu de son activité. « Sauf en cas de pépin ou de décisions stratégiques sur le devenir du cabinet, notre activité professionnelle empiétait très rarement sur notre vie privée » assure l’épouse. Par ailleurs, séparément, Daniel et Marie-Christine profitent de leurs journées libres pour s’adonner à leurs nombreuses activités extraprofessionnelles. Un emploi du temps qui leur permet de conserver une autonomie et une indépendance nécessaires à l’équilibre du couple. « Nous parlions de nos passions autant que du cabinet. Car en réalité l’avantage de travailler en couple est de connaître le quotidien de son conjoint, ses difficultés, ses moments de doutes, ses impératifs, etc. On se comprenait sans se parler, il n’y avait pas de décalage entre nous » raconte la praticienne. Un sentiment que partage Dr Michel Dourthe, chirurgien-dentiste à Châteaurenard, dans les Bouches-du-Rhône. Au compteur, plus de 35 ans de collaboration avec son épouse Solange, assistante dentaire et secrétaire. « Dans la mesure où règnent une bonne entente et un profond respect mutuel, c’est fabuleux, on se voit parfois 24 heures par jour mais ce n’est pas un problème. On ne sort pas les dossiers des patients du cabinet pour les étudier chez nous. Les seules exceptions concernent la comptabilité qui demande parfois du temps supplémentaire au domicile. »

Des collaborations plus sincères mais… plus sensibles

La communication est-elle plus fluide entre deux professionnels lorsque ces derniers sont en couple ? Une question sensible qui trouve une réponse positive dans les propos des praticiens que nous avons rencontrés. «  Il m’apparaît plus facile d’échanger avec ma compagne, notre dialogue est plus franc et sans non-dit. Le fait que l’on se connaisse parfaitement aide à mieux se comprendre » explique le jeune retraité. Mais attention, le terrain est glissant. Car très vite, en cas de conflit, le sujet abordé et à l’origine de la mésentente peut laisser place à des reproches propres à la vie de couple. Et dans ce cas, le mélange de l’univers professionnel et privé peut vite devenir explosif, avec un désamorçage du conflit parfois difficile.

En savoir plus dans l’article complet « Travailler en couple : vie professionnelle et vie privée font-elles bon ménage ? » dans Indépendentaire n°115 de février 2014