Entretien avec Philippe Veran - Biotech Dental Group est au coeur du concept « cabinet dentaire du futur »

Nous avons rencontré Philippe Veran, président de Biotech Dental Group (qui conçoit, fabrique et distribue du matériel de chirurgie dentaire : implants, prothèses, centre d’usinage, scanner intra buccal Condor, biomatériaux…) à l’occasion du nouveau partenariat qu’il vient de signer avec Epro (Laboratoire Premier et Laboratoire LDA). Interview.

Indépendentaire : Pouvez-vous nous expliquer ce que représentent le Groupe Biotech Dental et l’entreprise Epro ?

Philippe Veran : Le groupe Biotech Dental dispose de plus de 350 salariés dans le monde dont environ 300 en France et réalise 35 millions d’euros de chiffre d’affaires. Il est rattaché à la société holding familiale Upperside, totalement privée et française, qui intervient dans d’autres domaines de l’industrie, du sport et des loisirs, de la santé et de la cosmétologie. Epro, quant à lui, dispose d’environ 100 salariés à Paris et région parisienne et réalise 9 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Biotech Dental et Epro s’associent. Quels sont les différents objectifs de ce partenariat ?

Le premier est d’abord la pérennisation de 100 emplois en France. Le second, une histoire d’hommes entre les deux dirigeants, Jeff Farbiarz et moi-même. Le troisième est évidemment un échange de compétences. L’industrialisation des nouvelles techniques prothétiques, associée à l’usage des fichiers numériques, ne peut être traitée correctement sans l’intégration de nouveaux métiers, de nouvelles spécialités ou compétences, mais non plus sans tenir compte de la science du prothésiste. L’alchimie de ces deux mondes sera la clé de la réussite.

Quels sont les objectifs de la consolidation des laboratoires LDA et Labo Premier ?

Créer un acteur parisien de premier plan, mêlant les nouvelles technologies au métier d’art, respectant une charte qualité commune : tel est l’objectif de ce rapprochement.

Que pensez-vous des mutations que vit actuellement le monde dentaire ? Dans ce contexte, pensez-vous être acteur d’améliorations ? Si oui, lesquelles ?

Le monde dentaire va vivre en dix ans plus de mutations qu’en 130 ans de pratique. L’arrivée du numérique combinée à la généralisation de techniques chirurgicales abouties comme l’implantologie, l’information toujours plus pertinente des patients, la crise économique : tous ces facteurs tendent à modifier les habitudes d’exercice des acteurs habituels du monde dentaire, prothésistes et chirurgiens-dentistes. Nous, industriels, sommes évidemment facteurs d’améliorations aussi bien dans les produits et services associés que nous apportons. Biotech Dental est fier d’avoir contribué à la démocratisation de l’implantologie, à l’utilisation de nouveaux produits et services à visée esthétique et enfin d’introduire de nouvelles technologies numériques.

Quelles solutions technologiques apportez-vous aux praticiens ?

De la communication avec son patient grâce au logiciel SmileMe Mirror à l’utilisation d’un scanner intra-oral pour à la fois diagnostiquer mais aussi capturer une image numérique qui permettra au chirurgien-dentiste de traiter au mieux l’alignement des dents, la pose de facettes pelliculaires, d’implants, de prothèses sur implants… Biotech Dental est je crois au coeur du concept du « cabinet dentaire du futur » tel que le dénommait le supplément du journal les Échos à l’ADF, et nous espérons à notre niveau contribuer chaque jour à ce changement.

L’impression 3D représente-t-elle un développement majeur au sein de votre groupe ?

Notre groupe a investi dès 2007 dans cette technologie et, aujourd’hui, notre filiale Poly-Shape est très certainement l’un des acteurs dans le monde les plus évolués en la matière, aussi bien en nombre et diversité de machines qu’en compétences humaines. Ainsi nos clients sont autant des écuries de F1, que des leaders du monde de l’aérospatiale, de l’aéronautique, de l’environnement que du médical bien sûr. Notre filiale DentoSmile, société complètement numérique est associée avec le leader français et seul fabricant français d’imprimantes 3D, le groupe Prodways.

Que pouvez-vous nous dire au sujet de votre expérience dans le domaine de la prothèse dentaire ?

L’apport des spécialistes d’Epro nous assure l’expertise dans ce domaine, et cette connaissance du marché nous permettra de tester les mutations de la profession conséquentes à l’utilisation des technologies numériques. Certains ont parié sur la disparition des prothésistes à cause des technologies numériques ; nous sommes convaincus du contraire et de la vraie place à tenir par les prothésistes dans la chaîne dentaire du futur, et ce, grâce aux technologies numériques, mais d’une autre manière. Biotech Dental est le fruit de 28 années d’échanges avec tous les acteurs du monde dentaire, nos convictions et notre stratégie se nourrissent chaque jour de ces derniers, et je tiens à assurer l’ensemble des acteurs qui nous font confiance, que dans ce contexte d’extrême mouvance, nous sommes plus que jamais à leur écoute.