Stérilisation : la traçabilité n’est pas une option

 
Stérilisation : la traçabilité n’est pas une option

La stérilisation est un processus qui s’articule selon plusieurs étapes avec l’objectif de sécuriser les opérateurs et les patients, mais également les instruments et l’environnement de travail. L’importance d’une correcte exécution de ce processus est indispensable à tout cabinet dentaire, petit ou grand, et nécessite les protocoles et procédures adéquats pour une exécution correcte et constante.

En effet, il existe des raisons pour lesquelles un protocole de stérilisation correct et complet doit se refléter selon trois thématiques fondamentales : la validation, la traçabilité et la retraçabilité.
Si la retraçabilité est essentielle au titre de preuve a posteriori pour d’éventuels patients qui posent des questions sur la stérilisation des instruments, la traçabilité est indispensable en cours de réalisation, avant l’utilisation des instruments sur le patient. Bien évidemment, les deux éléments dépendent uniquement et exclusivement de la validité des cycles effectués.
Mais attardons-nous sur le concept de traçabilité.
L’objectif de cette opération est de contrôler et de suivre le parcours du cycle de stérilisation de l’instrument en indiquant de indiquant clairement sur les enveloppes les informations relatives aux éléments suivants : jour de stérilisation, type de cycle effectué, numéro séquentiel, résultat du cycle, opérateur qui a effectué le cycle (chargement et déchargement) et date d’échéance prévue par le protocole interne de stérilisation. Ce système confère une garantie totale quant à la stérilisation des instruments, aussi bien pour l’opérateur que pour le patient.
La traçabilité varie selon les autoclaves, toutefois un dispositif qui délivre l’étiquette ne constitue pas une option mais un plus essentiel qui apporte de nombreux bénéfices au cabinet. En premier lieu, il contribue à diminuer de manière significative la probabilité d’erreur, dans la mesure où c’est la machine qui accomplit les opérations sur les enveloppes, et non l’opérateur. De la même manière, il contribue à renforcer la sécurité du processus, dans la mesure où les données relatives à la stérilisation sont indiquées sur l’enveloppe unique et, pour terminer, il contribue également à une optimisation considérable des délais. En effet, pendant que la machine fait son travail, l’opérateur peut se consacrer à d’autres activités rentables.
La traçabilité représente une valeur extrêmement importante pour Euronda, surtout en ce qui concerne l’autoclave E9 Recorder.

E9 Recorder : de nom et de fait

L’autoclave E9 Recorder d’Euronda est un dispositif performant et ergonomique, mais il garantit surtout une traçabilité intégrale des opérations, en toute conformité avec l’article 62 du décret 94-500 du 15 juin 1994 : « Le dentiste a la responsabilité de mettre à disposition l’ensemble des moyens techniques en vigueur en matière d’hygiène, en garantissant la sécurité du patient et, par conséquent, en appliquant une traçabilité qui contribue à renforcer les précautions prises par le dentiste. »

Que signifie tout cela ? Que le professionnel, ou la structure sanitaire, est considéré(e) comme responsable d’éventuels dommages causés au patient (par exemple : des infections), à moins qu’il ne soit en mesure de prouver le contraire. La traçabilité est essentielle car elle permet au dentiste de démontrer qu’il a respecté ses obligations, en fournissant des données irréfutables pour se défendre en cas de plainte. Par conséquent, une garantie de sécurité pour lui-même et pour le patient, grâce à un autoclave de classe B, tel que le modèle E9 Recorder, qui permet d’avoir toujours à portée de main toutes les informations, imprimées sur des étiquettes adhésives autocollantes, enregistrées sur Carte SD ou directement sur le PC au moyen d’une connexion Ethernet ou Wifi.

Continuez à lire le prochain article pour découvrir l’importance des tests de stérilisation (et des conseils pratiques pour une stérilisation de qualité) !