Je (re)créé mon cabinet : 3 étapes incontournables pour réussir son installation

 
Je (re)créé mon cabinet : 3 étapes incontournables pour réussir son installation

Que l’on soit jeune dentiste en début de carrière ou un praticien plus expérimenté cherchant à faire évoluer sa pratique, la création de son cabinet est une expérience singulière qui demande une préparation minutieuse et des choix déterminant pour la suite de sa carrière. Quelles sont les phases incontournables de l’élaboration du projet ? Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ? Indépendentaire vous livre quelques éléments de réponse avec Clément Harel, fondateur de l’agence d’architecture dédiée au cabinet dentaire Wat.

Son premier cabinet, on commence par en rêver, on l’imagine, on le mûrit plus ou moins longtemps dans son esprit… Et si le cabinet idéal n’existe pas, chaque praticien possédant sa propre vision et ses propres aspirations, il ne reste pas moins un certain nombre de contraintes, de normes et de besoins qui ne peuvent être contournés et encore moins ignorés. Négliger cette phase de réflexion et de préparation est le meilleur moyen de se retrouver dans le mur. À ce titre, se faire accompagner par des professionnels est une option à ne surtout pas négliger. « Le but est de guider pour éviter les erreurs et de conseiller quand la création du cabinet n’a pas encore été expérimentée, et pour cause… Cette mise en oeuvre doit être organisée dans une conception en étapes, calées sur l’intervention de différents professionnels : les banquiers, les notaires et les agents immobiliers au moment de l’achat, les architectes, maîtres d’oeuvre et les concepteurs pour faire éclore le projet qui est concrétisé et finalisé par les installateurs de matériels, décorateurs, et par la mise en place des derniers détails comme la signalétique », confirme l’architecte d’intérieur Clément Harel, fondateur de WAT architecture & dentaire.

L’important est de savoir tout d’abord vers quelle orientation le praticien positionne son activité : omnipratique, implantologie, esthétique, pédodontie… cette spécialisation de l’exercice induit des espaces et des équipements spécifiques au sein du cabinet. L’environnement global devra également tenir compte de ces choix. Il faut ensuite avancer sur la configuration de travail en salle de soins, en réfléchissant à la présence ou l’absence de meubles dentaires, à leurs positions, au type de fauteuil choisi, au travail à 2 ou 4 mains, etc.

Une installation réussie passe par trois étapes incontournables. Un projet bien pensé en amont se matérialisera toujours mieux. Sans oublier qu’en dehors de nos goûts personnels, l’organisation de l’espace de travail doit toujours avoir pour principal objectif le bien-être, la satisfaction et la santé du patient.

1. Trouver un local ou un terrain : premières difficultés

Penser aux spécificités d’un cabinet dentaire
Trouver le local qui se prête à l’exercice dentaire est la première épreuve à passer.