5 conseils pour bien prendre congés

 
5 conseils pour bien prendre congés

La période des vacances est souvent redoutée. Laisser son cabinet, ses patients, n'est pas chose aisée. Voici quelques recommandations pour partir l’esprit tranquille.

1 - Accordez-vous cette pause

Bien aborder les vacances suppose déjà que vous vous sentiez légitime d'en prendre! Une évidence? Pas tant que ça. Il est fort probable que, comme nombre de consœurs et confrères, vous vous l'interdisiez. << Prendre des congés est une chose importante ... qu'on ne s'accorde pas >>, confirme le Dr Marc-Gérald Choukroun, orthodontiste à Montrouge. Et même si vous vous en accordez, il se peut que vous ne l'assumiez pas.
Pourquoi cette Frilosité? Première explication: vous culpabilisez. Pour vous,<< prendre des vacances, c'est en quelque sorte abandonner les patients >>, analyse le Dr Choukroun, aussi titulaire d'une maîtrise de psychologie et auteur. Pour contrer ce sentiment, il faut que << vous en preniez conscience >>. puis que vous l'analysiez, conseille-t-il: << Réfléchissez à la relation maternante que vous entretenez avec le patient. Il peut être intéressant de vous faire accompagner par un coach ou une psychologue. >>

Deuxième explication: la transposition au cabinet de l'injonction << fais tes devoirs et après, tu iras t'amuser», explique le Dr Choukroun. Cela donne: " Je termine, et après je m'accorderai du repos. << Comme si le repos était un bien égoïste! déplore-t-il. Il vous faut au contraire intégrer que c'est un travail à faire sur vous, dont vos patients vont bénéficier ». Le Dr Laurent Dussarps, chirurgien-dentiste à Gradignan, qui ne s'est accordé que peu de vacances pendant des années, abonde: « Au retour des vacances, on est beaucoup plus à l'écoute des patients, plus opérationnel, plus apte à soigner correctement. >>

2 - Planifiez bien en amont

En théorie, si vous êtes en libéral, rien ne vous empêche de poser des vacances quand ça vous chante. En pratique, c'est plus compliqué, Il est crucial d'anticiper, parce que vous avez la responsabilité d'un cabinet/entreprise, de patients, voire d'une équipe.

Concernant vos patients, déjà, il est inconcevable que vous les plantiez sans préavis!

Concernant vos patients, déjà, il est inconcevable que vous les plantiez sans préavis! Ce serait inélégant, et surtout, contraire à votre obligation déontologique de continuité des soins. « Il y a des précautions à prendre >>, avise le Dr Choukroun. Veillez par exemple à ne pas prévoir dans le planning des soins lourds pré-départ. « Il faut terminer les soins importants trois jours avant. Ainsi, si problème il y a, nous sommes encore présents au cabinet >>.
De même, ne laissez pas votre équipe dans le flou. Si les congés des salariés des cabinets dentaires sont bien encadrés par la convention collective (art 6-2 à 6-4), reste que les gérer est un acte managérial. Ils doivent être « l'objet, dès le début d'année et pour toute l'année, d'une réunion d'équipe >>, préconise le Dr Choukroun. « La secrétaire a le plus de liberté, détaille le Dr Dussarps. Les assistantes sont, elles, un peu contraintes de prendre les vacances en même temps que nous, mais on en discute en amont. Enfin, étant deux praticiens et un collaborateur au cabinet, nous évitons que les deux praticiens partent en même temps. >> Tenez-vous au planning acté, « sauf maladie, congé maternité, évidemment, précise Fatima Younsi, qui assiste le Dr Choukroun. Quand c'est planifié, ça roule. Cela n'empêche pas qu'il y ait des arrangements entre assistantes. >>

Pour lire l'intégralité de cet article Solutions Cabinet dentaire n°7 cliquez ici