Retraite : s’organiser pour maintenir son train de vie

organisation

Pour partir à la retraite en toute sérénité, il faut anticiper. Il s’agit d’une part de bien connaître vos droits et d’autre part de prévoir, dès vos premières années d’activité, des compléments à la retraite.

Pensez-y dès votre installation

Il serait sage, dès le début de sa carrière, de mettre de l’argent de côté. « La pension de retraite représentera 30 % des revenus en activité, explique M-H.F, chirurgien-dentiste et membre du conseil d’administration de la CARCDSF (Caisse autonome de retraite des chirurgiens-dentistes et des sages- femmes). Si le chirurgien-dentiste veut maintenir son train de vie, il n’a pas d’autre choix que de prévoir des compléments. »

L’immobilier, la valeur sûre

• Des revenus locatifs
Avoir payé la totalité de ses traites pour votre résidence principale et votre cabinet semble un pré-requis pour partir à la retraite en toute sérénité. Beaucoup d’entre vous ont choisi de ne pas en rester là et d’investir dans l’immobilier locatif.

• La possibilité de défiscaliser
Plusieurs dispositifs génèrent des réductions importantes d’impôts.
- La Loi Pinel de 2015 permet de déduire de l’impôt un pourcentage du prix d’un bien immobilier neuf : 12 % pour une location de six ans, 18 % sur 9 ans, 21 % sur douze ans. Elle autorise de louer son bien à ses proches et sa famille.

- Le dispositif Malraux s’adresse, quant à lui, aux investisseurs fortement imposés qui souhaitent acquérir un bien ancien à rénover, situé généralement dans des centres villes historiques et permet de réduire 22 % à 30 % du montant des travaux, dans la limite de 400 000 € sur quatre ans. Le bien doit être loué dans les douze mois qui suivent la fin des travaux, mais jamais à des proches.

• La gestion confiée à autrui

Si vous souhaitez vous épargner les problématiques de gestion locative, vous pouvez accéder au statut de LMNP (Loueur en meublé non professionnel) en achetant un appartement dans des résidences de service (tourisme, seniors, étudiants...), vous passerez un bail commercial avec une société qui assurera la gestion de votre bien et vous versera les loyers. Autre solution : investissez dans une SCPI (Société civile de placement immobilier), vous aurez alors des parts et non un bien immobilier en direct. Les loyers seront redistribués au prorata des parts détenues. Dans tous les cas, assurez-vous de la fiabilité sur le long terme de votre gestionnaire.

Osez les placements financiers

Les banques et les compagnies d’assurance vous proposeront une multitude de dispositifs pour faire fructifier vos placements, n’hésitez pas à les comparer, à analyser les frais d’entrée, de gestion, leur fiscalité, les rendements en fonction de vos versements.

• L’Assurance Vie

C’est peut-être le premier outil de l’épargne, quasiment sans risques, à mettre en place dès le début de votre activité. Votre épargne est mobilisable, et nette d’impôt après huit ans d’ouverture.

• Le plan d’épargne en actions

Ce placement, dont les plus-values sont exonérées, est destiné aux épargnants actifs en bourse et permet de constituer un pécule qui, au bout de huit ans, peut être perçu sous forme de rente viagère exonérée d’impôt sur le revenu.
 

Pour lire l'intégralité de cet article Solutions Cabinet dentaire n°10 ,connectez-vous à votre espace ou abonnez-vous gratuitement ici