Contamination au cabinet : à qui la faute ?

ORGANISATION


Covid-19. un acronyme connu de tous, que l'on soit homme ou femme, jeune ou vieux, en france ou n'importe où dans le monde. L'émergence de ce nouveau risque sanitaire a drastiquement changé nos habitudes de vie personnelle et professionnelle... et au cabinet ?

Hygiène des mains, distanciation sociale, port du masque ne sont que quelques-unes des nouvelles normes pour une vie en société. Au-delà de l'aspect normatif, le non-respect de ces règles entraîne un risque pour sa propre santé et celle de ses proches. À tel point que le Covid-19 est devenu plus qu'une menace mais un danger mortel (réf.1). Il faut rappeler l'émergence précédente d'autres risques médicaux de dommage corporel à grande échelle. Notons par exemple l'affaire du sang contaminé, le VIH ou encore le Prion. À chaque fois le comportement humain a été à l'origine d'une crise sanitaire avec pour vecteur un micro-organisme.

De nouvelles normes

Des mesures de prévention ont alors été prises et ont abouti à de nouvelles normes de travail : décontamination et stérilisation des produits de santé (autoclave classe B), port de protections individuelles pour les professionnels de santé (gants, masque, blouse, surblouse...). Ces nouvelles règles ont nécessité l'acceptation du changement par les professionnels de santé. Malheureusement, elles ne sont pas respectées par tous, au détriment de la santé de quelques-uns. Le parallèle avec le Covid-19 est aisé à faire : un risque émergent, des mesures de précaution et une subordination aléatoire.

Le risque des contaminations croisées

Le risque sanitaire associé est d'autant préoccupant qu'il peut survenir dans un environnement de soin. Un patient sain peut subir une contamination croisée dans un cabinet dentaire. Plus nuisible encore, le professionnel de santé peut être contaminé par son patient. Plus préjudiciable encore, le professionnel de santé contaminé peut atteindre un patient sain. Cette situation est d'autant plus inquiétante que l'issue du Covid-19 peut être fatale. Les différents comités d'experts, en conjonction avec les organisations sanitaires et les instances ordinales, ont établi des recommandations pour la majorité des professions médicales et paramédicales. Cependant, le risque est variable selon la spécialité, plusieurs critères entrent en jeu pour définir l'importance du risque : proximité avec le patient, exposition aux projections bucconasales, actes invasifs... Et les professions dentaires (dentiste, assistante dentaire, hygiéniste dentaire) apparaissent comme étant en première ligne (réf.2).

Dans nos cabinets

L'exercice de la dentisterie implique une proximité avec le patient, une exposition aux projections bucconasales et une aérosolisation des fluides buccaux par l'arsenal thérapeutique dentaire. Il a été démontré que les projections dans une salle de soin dentaire peuvent rester en suspension dans l'air et atteindre jusqu'à 1,5 mètre (réf. 3). Cette situation est d'autant plus préoccupante dans le contexte de pandémie au Covid-19. Un patient contaminé (ignorant ou non son statut) peut donc contaminer : l'équipe dentaire, la salle de soin et le prochain patient prévu dans l'agenda. Ces conditions peuvent entraîner une infection associée aux soins et engager la responsabilité du professionnel de santé. D'un point de vue préventif, des recommandations ont été rédigées (réf.4) et diffusées aux professionnels de santé dentaire. Notons par exemple les équipements de protection individuelle, l'aération de la salle de soin, ou encore le port d'un masque FFP2 ou équivalent.

1. www.theguardian.com/uk-news/2020/may/12/ uk-rail-worker-dies-coronavirusspat- belly-mujinga
2. www.nytimes.com/interactive/2020/03/15/business/economy/ coronavirus-workerrisk. html
3. Bacterial aerosols in dental practice - a potential hospital infection problem? www.bit.ly/3gvSBns
4. Recommandations d'experts pour la prise en charge des patients nécessitant des soins bucco-dentaires en période de déconfinement dans le cadre de l'épidémie de COVID-19 www.bit.ly/3j9I6IO

Pour lire l'intégralité de cet article Solution Cabinet dentaire 30, connectez-vous à votre espace ou abonnez-vous gratuitement ici.