Comment se prémunir des TMS ?

Comment se prémunir des TMS

A retrouver dans Independentaire n°92 , novembre 2011

12% des chirurgiens-dentistes souffrent de troubles musculo-squelettiques permanents et 53% de douleurs occasionnelles, avec par ordre d’incidence les jambes, le dos et les oreilles (bruits intenses). Comment faire pour améliorer l’ergonomie de ses conditions de travail et limiter les pathologies professionnelles ?

Le corps est physiologiquement constitué pour bouger et diversifier l’utilisation de ses muscles, donc la répétition des gestes et les postures figées sont à la longue immanquablement source de souffrances. Mais quelques pistes d’amélioration peuvent être données : En premier lieu prendre du temps pour se détendre et consacrer chaque jour quelques instants à de véritables mouvements de détente et pas une simple pause-café. Il est couramment observé que les praticiens pensent en premier lieu au bien-être du patient (qui arrive il est vrai avec son stress et un niveau d’exigence et de soulagement immédiat élevé), avant de penser à leur propre bien-être. Dans le numéro de novembre sont exposées les solutions simples, concrètes et pratiques pour adopter une nouvelle organisation du travail (position dans la salle de soins du fauteuil, mobilier, siège opérateur et cart) et une gestuelle différente pour prévenir et soulager les douleurs des zones lombaire, cervicale, du poignet (syndrome du canal carpien.