Prendre soin de ses yeux

Prendre soin de ses yeux

Blessure, maladie, trouble oculaire, lampe à photopolymériser, fatigue visuelle… La pratique de la dentisterie expose le praticien à la fatigue visuelle et à toute une série de risques.

Au cabinet dentaire et la totalité de son temps au fauteuil sous lumière artificielle, le praticien se concentre sur le détail d’un champ visuel très petit et consulte les dossiers et/ou radios sur ordinateur. Son système de vision est sans cesse sollicité dans sa capacité d’adaptation à l’origine de fatigue visuelle. Parfois aussi le praticien souffre de troubles oculaires particuliers qui peuvent gêner sa pratique quotidienne. Mais la profession est aussi exposée au risque de contamination et/ou de projections de résidus nocifs pour les yeux par trois voies possibles : la main, l’air et la projection.

Traumatismes, brûlures chimiques ou thermiques, contamination bactérienne ou virale qui s’accentue par le spray des instruments rotatifs, les praticiens doivent se prémunir en adoptant des règles précises : asepsie, position de travail, examen ophtalmologiste, port de lunettes de protection, bonne aspiration chirurgicale, bain de bouche désinfectant (chlorhexidine), éclairage des trois zones travail-préhension instrumentale-pièce, matériel rotatif de qualité, fraises usées ou voilées supprimées, inserts ultrasonores récents et surtout faire extrêmement attention à ne pas regarder la dent pendant la photopolymérisation…

Voir l’article " Prendre soin de ses yeux " dans Indépendentaire n°105, février 2013.