Les signes du changement : un cabinet tourné vers l’avenir

alt

Évoluer, c’est progresser… Même en activité, le cabinet doit inscrire sa course dans un mouvement qui va de l’avant. Cette recherche de la perfection ne se limite pas au technique, elle se signale aussi par la décoration et des signes de changement.

Entre la création d’activité et le déménagement du cabinet, il y a tout un monde. Un monde de cabinets bien installés qui se sont parfois matérialisés après des projets pensés, accompagnés, mûrement réfléchis par les praticiens eux-mêmes, leurs consultants, des architectes d’intérieur et des designers ou des coloristes… Le challenge est remporté quand l’usage et l’exploitation des lieux se fait en toute quiétude : équipe et patientèle évoluent en harmonie comme s’il s’agissait d’un lieu de vie (le chez-soi du praticien ?). « Même si c’est une option, il n’y a pas de nécessité à coller au vocabulaire du bâtiment où se trouve le cabinet, nous explique Bastien Gaisne, architecte d’intérieur designer de l’agence parisienne Baz Ltd. Dans un immeuble haussmannien, l’ambiance peut être résolument moderne et vice-versa dans une construction contemporaine. Ce qui compte, c’est de trouver l’identité qui convient au cabinet qui doit idéalement refléter la personnalité du praticien et de sa patientèle. Et faire évoluer cette définition dans le temps. » Parce qu’une décoration désuète et un mobilier d’un autre temps peuvent composer un ensemble préjudiciable à l’œil du patient jusqu’à insinuer l’incapacité du praticien lui-même à se former aux nouvelles pratiques, le changement doit être prévu au business plan, tous les ans.

Changer, c’est évoluer

Sans faire table rase du passé (parfois récent), sans cesser l’activité… Sans consacrer trop de temps. Quels sont ces éléments, signes du changement, susceptibles d’évoquer instantanément l’évolution de notre activité et notre capacité à actualiser notre espace de travail ? Dans un premier temps, pensons extérieur-intérieur ; par la suite, éléments secondaires et oubliés par notre budget ; enfin, service offert à la patientèle sans oublier de regarder droit dans les yeux la réalité de l’état de nos aménagements : vieillissement des matériaux, il y a une mode aussi en matière de déco.

• Les abords : cela commence dans la rue. Un cabinet qui se respecte doit penser à ses nouveaux patients : bien vu, facilement trouvé ! Un numéro de rue bien visible, une plaque de praticien colorée affichant notre spécialité d’orthodontiste, des plantes pour matérialiser l’entrée (si cela est possible), voire une nouvelle sonnette : notons à ce propos l’obligation dès 2015 d’un signal cette fois lumineux pour les malentendants. Autant d’occasions de faire évoluer à moindre coût (temps et argent) notre cabinet.

• À l’intérieur : même si le cabinet est récent et qu’il nous semble hors de propos de repenser toute la déco, il y a toujours moyen d’apporter du nouveau dans le champ de vision.

« Quand un praticien pense son projet dans la globalité (création ou déménagement), il arrive malheureusement toujours un moment où l’addition s’emballe pour sonner le temps du compromis. Les éléments revus à la baisse ou écartés du projet par économie peuvent être retravaillés à ce moment-là sans avoir à arrêter l’activité. » Les poignées de porte, les interrupteurs, la signalétique… Nul besoin de fermer pour les changer et se faire plaisir ! « Je suis tellement attentive à la déco, aux couleurs, aux objets, nous raconte le Dr Christelle Welsch, que j’ai transposé tout ça au cabinet : pour donner l’impression de me renouveler, je déplace certains éléments, des objets, et mes patients pensent alors invariablement découvrir quelque chose de nouveau. » À défaut de se montrer soi-même créatif, il est aussi possible de s’offrir l’intervention d’un prestataire, la nuit ou le week-end, pour coller quelques lais d’un beau papier peint de nouveau très en vogue, des stickers, repeindre certains murs, et plus sérieusement relooker la banque d’accueil ou changer les dalles du plafond que vos patients connaissent par cœur.

Une belle entrée

La vitrine (même s’il n’y en a pas) de notre activité du côté rue ! La bonne entrée doit donner confiance et rassurer sur le fait de venir vous consulter, elle doit aussi remplir son contrat en identifiant votre activité et savoir vous signaler quand le patient cherche le cabinet. Si la voirie vous y autorise, des éléments (lourds pour ne pas être volés) matérialiseront votre accès, une belle plaque, un gros numéro… le tour est joué !

Une transition réussie

Inutile parfois de tout casser ! Il est possible de préserver d’anciens carreaux ciment (en bon état) qui répondent à la nouvelle génération de carrelage imitant le parquet. Une approche résolument moderne qui s’adapte parfaitement aux exigences d’hygiène du cabinet.

Le bon code

La clinique Belcenia à Hendaye propose un plateau complet de soins dentaires… chaque praticien a sa couleur attitrée depuis sa plaque de rue jusqu’au cœur du cabinet où le patient retrouve son chemin en suivant le bon code. Une idée astucieuse qui devient un élément de déco et qui peut aussi être appliquée pour identifier l’espace radio, le coin hygiène, la salle d’attente ou l’espace clinique…

En harmonie

Quand le cabinet affiche une couleur, c’est celle que le praticien préfère. Étendre ce choix jusqu’à une palette de tons voisins mettra en valeur les volumes du cabinet, matérialisera les espaces et facilitera la circulation du patient. Une harmonie rend l’atmosphère sereine comme elle caractérise le cabinet avec votre personnalité. La couleur n’est pas qu’une question de peinture : le papier peint se pose et sèche très vite !

Les détails qui comptent

En plus d’une fonction utilitaire, la poignée est devenue un élément de décoration au même titre que l’interrupteur. Rétro, design, travaillée, classique… elle vient en accessoire essentiel agrémenter la porte, tout en étant le premier signe de changement que le patient saura remarquer en arrivant au cabinet.

Changer de fauteuil grâce au reskaïage

Le fauteuil, pièce maîtresse de notre exercice, peut jurer parmi les autres éléments de l’espace clinique ou être juste passé de mode, abîmé ou simplement vieillissant sans être dépassé techniquement. Quand en changer littéralement ne se justifie donc pas forcément, faire refaire une beauté à son fauteuil est une bonne option. Meunier-Carus intervient sur toute la France et sur les fauteuils de toutes marques au point même de fabriquer de nouvelles coques quand elles sont fissurées et plus produites par les fabricants. Le sellier propose ainsi un relooking adapté à l’application médicale et le passage intensif. > www.meunier-carus.fr

Objets de désir

Le design est partout et il ne coûte plus forcément cher ! Les praticiens qui aiment les objets les mettent facilement en scène dans leur espace de travail comme leur lieu d’habitation. Nul besoin d’acquérir des œuvres originales d’artistes ou les pièces maîtresses de designer de renom, il suffit parfois d’un peu d’imagination… à l’instar du Dr Roland Cardeillac de Marseille qui a donné une note vintage à son entrée avec une table Girator des années 50.

Des murs gais

Les stickers ont déferlé dans le monde de la déco. Faciles à poser sans avoir à transformer le cabinet en chantier, ils peuvent aussi être porteurs de sens : phrase bien pensée ou signalétique ? Les étagères aussi peuvent égayer les murs tout en permettant de ranger et de mettre à disposition…

Cachez ce qui ne saurait être vu

Le brise vue : pour préserver l’intimité ou créer des séparations… Le brise vue devient un élément d’ornementation en plus d’être fonctionnel : il peut protéger des regards, de la chaleur, il se transforme également en cloison quand le développement du cabinet doit réserver de l’espace à un nouvel équipement (l’arrivée d’une pano, par exemple). Diverses formules existent, le brise vue peut aussi être ajouré par le biais d’un motif.

Nature & sens

Après le prêt de tableaux originaux moyennant abonnement ou le réassortiment de revues pour la salle d’attente sur le même mode de fonctionnement, voici la création d’ambiance, haut de gamme, pour le cabinet. Voir, écouter, sentir… l’étude, la création et le renouvellement de 1, 2 ou 3 sens dont notamment la mise en place de créations exclusives de designers floraux : lignes graphiques et épurées de fleurs artificielles au toucher naturel pour sublimer la nature au cabinet. > www.boutique-decosens.com