Cabinet

Piloter son cabinet grâce à 5 ratios pertinents

Piloter son cabinet grâce à 5 ratios pertinents

Sur les milliers de chiffres disponibles pour analyser l'activité du cabinet, seuls certains en (très) petit nombre sont suffisants pour prendre de (vraies) décisions. L'intérêt de ces ratios est de les confronter à celui de confrères (amis) ou de les comparer à ses propres ratios des années précédentes. Le but est de se familiariser avec ces chiffres pour calculer ses propres ratios régulièrement en les consignant dans un tableau de bord.

Tout dirigeant d'entreprise doit continuellement prendre des décisions : acheter, vendre, travailler plus, réduire le temps de travail, améliorer la productivité, changer de matériel…

Lire la suite...

Comment parler d’implanto à ses patients ?

Comment parler d’implanto à ses patients ?

À l’heure où les mutuelles s’emparent des remboursements implanto, où le désir de jeunesse éternelle fait rage et où les demandes de sourires plus blancs se multiplient, comment parler d’implantologie ?

Si les patients deviennent de plus en plus implanto-conscients, ils ne sont pas forcément prêts à sauter le pas. Nos patients ont-ils clairement compris ce qui allait se passer s’ils ne traitaient pas leur édentation ?

Lire la suite...

Suivre son intelligence émotionnelle

Suivre son intelligence émotionnelle

Les cabinets qui souhaitent augmenter leur rentabilité ne savant pas (ou n’osent pas) engager un travail de fond sur les talents émotionnels… qui relèvent pourtant d’une approche globale des performances économiques de la structure !

L’intelligence émotionnelle est tout ce que ne mesure pas le Q.I. Elle est l’ensemble des capacités liées à la reconnaissance et à la gestion des émotions. Ce nouvel outils dans la panoplie des approches en management, s’appuie sur l’importance de développer (ou d’améliorer) la qualité du climat émotionnel qui existe au sein de l’entreprise. !

Lire la suite...

Paro/implanto : la gestion des séances longues

Paro/implanto : la gestion des séances longues

La sédation vigile pour les actes en cabinet renforce la sécurité sanitaire et améliore le confort du patient en réduisant son stress. Cette pratique fait également gagner du temps tout en évitant l’anesthésie générale en hospitalière.

Elle intervient en complément d’une anesthésie locale classique. Le patient perd conscience de tout ce qui se passe au cours de l’acte mais il garde tous ses réflexes de protection : il avale, parle, tousse.

Lire la suite...

Apprendre à vider son sac

Apprendre à vider son sac

Savoir parler et donner la parole, savoir exprimer des critiques et entendre l’avis des autres, savoir manager avec bienveillance… Ces savoir-faire et savoir-être apportent le bien-être au travail.

Savoir exprimer ce qui doit être amélioré s’apprend. Devenons sensible et détectons les changements d’attitude chez nos partenaires de travail. Observons comme solution à tout le dialogue : le temps de parole doit être accordé à tous. Vider son sac au quotidien, c’est au final éviter de le remplir dans le temps, éviter la dérive de l’accumulation.

Lire la suite...

Comment passer en Sel ?

Comment passer en Sel

Malgré la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 et la soumission d’une parité des dividendes perçus par un associé de SEL aux cotisations sociales, il est toujours intéressant de passer en SEL…

En se concentrant sur l’étape du passage en SEL, notre article vous explique comment choisir entre l’apport en nature et la cession à une société d’exercice libéral. Les avantages et les inconvénients de ces deux formes de transmission de votre patientèle à une SEL sont détaillés et expliqués.

Lire la suite...

Tirez parti de vos émotions

Tirez parti de vos émotions

En cabinet ou dans la vie, qui n’a jamais eu à gérer sa colère, maîtriser sa peur, maîtriser sa joie, dépasser ses déceptions ? Comment ne plus subir ces émotions qui se passent en nous et, au contraire, les exploiter au mieux ?

Elle fait mine de vomir pour la dixième fois en levant les bras et le tronc, provoquant la chute de vos plateaux d’instruments. Vous avez rendez-vous demain avec la banque pour signer le crédit qui vous endettera pour vingt ans. Il refuse de vous payer le solde de vos honoraires prétextant avec une évidente mauvaise foi, un problème de teinte. Elle regarde votre devis en pleurant et vous explique sa vie, le chômage, les enfants, la banque... Ces saynètes sont le quotidien d’un chirurgien-dentiste ; elles sollicitent sans cesse vos émotions et obligent à « gérer » comme on dit. On est loin de l’image du praticien impassible et distant, ne faisant appel qu’au rationnel, ne sortant jamais de sa posture de professionnel de santé.

Lire la suite...

Les émotions

alt

Votre confrère pique une colère. Votre assistante angoisse de faire attendre une urgence qui se manifeste en salle d’attente. Un patient se met soudainement à pleurer en salle de soins... Ne tombez pas dans le panneau : ces expressions émotionnelles ne vous sont pas destinées. Alors restez zen.

Au sein de son cabinet, chaque praticien doit faire face au quotidien, à la tristesse, à la colère, à la peur, au dégoût, à la joie, à la surprise, et aux émotions dites secondaires : la jalousie, le désir, la honte... de ses partenaires professionnels. Pour Élisabeth Couzon, psychothérapeute et co-auteur de Les Émotions, développer son intelligence émotionnelle, une meilleure prise en compte des émotions au travail permettrait de gagner en efficacité : « On estime à 30 % l’improductivité liée à une mauvaise gestion des émotions. Il s’agit de temps perdu dans les gestions de conflits, des rumeurs ou alors à cause de l’absentéisme ou d’accidents liés au stress. » Les émotions des autres, avant qu’elles ne « débordent » et ne deviennent trop envahissantes, doivent être prises en compte par le chirurgien-dentiste manager… et donc être accueillies, comprises, « triées » et gérées.

Lire la suite...

Où parler argent ?

alt

Pour présenter un devis ou négocier des conditions de règlement, il est préférable de choisir un environnement adapté à ces situations délicates qui sortent de la relation soigné-soignant pour glisser vers une relation client-fournisseur.

L’environnement du cabinet dentaire est en général tout entier conçu autour de l’acte thérapeutique, si bien que quand il s’agit de communiquer, le mobilier et les équipements ne s’y prêtent que moyennement. Il est alors tentant de s’adapter à ce qui devient alors des contraintes pour obtenir le confort et la discrétion nécessaire à une relation épanouie.

Lire la suite...

Peut-on interrompre légalement les soins ?

alt

La toxicité des relations entretenues avec les « sales cons » rend nécessaire l'acte de s'en débarrasser... mais peut-on éloigner les patients revêches de nos cabinets en toute légalité ?

Le fondement de notre profession est basé sur la confiance qui existe entre les patients et leurs praticiens. Que ce soit parce qu’ils ont été guidés sur les recommandations d'un autre patient ou qu'ils s’adressent à nous par le fait du hasard, les personnes qui décident de poursuivre des soins et des prothèses complexes dans notre cabinet doivent s’en remettre à nous. Pour cela, doit exister une confiance aveugle entre les uns et les autres. Confiance sur le diagnostic, sur l’objectif thérapeutique, sur la qualité de soins et sur la valeur de nos prothèses pour le patient. Confiance sur le suivi des soins et des séances ainsi que sur le paiement des honoraires pour le praticien. Du début des soins jusqu’à la conclusion du traitement, par la pose des prothèses, ce principe de confiance régit les relations patient/praticien. Il arrive cependant que le déroulement des rapports entre les uns et les autres ne soit pas aussi idéal.

Lire la suite...

Objectif : zéro sale con

alt

Fournisseurs, confrères, assistantes ou patients, les « sales cons » sont des personnes odieuses, parfois brillantes, mais toujours nuisibles, dont la présence plombe la vie, l’atmosphère et trop souvent la rentabilité de nos cabinets dentaires. Comment les repérer et s’en débarrasser ?

La chasse aux « sales cons » est la nouvelle marotte des patrons des plus grandes entreprises du monde, depuis la publication dans la très prestigieuse Harward Business Review d’un article signé Robert Sutton qui fit date sous le titre original « The No Asshole Rule ». Cette manière de voir a provoqué de profondes restructurations dans de nombreuses organisations à travers le monde, jusqu’à – dit-on – la Cour Suprême des États-Unis. Comment ce principe de management s’applique-t-il à nos cabinets ?

Lire la suite...

La réforme fiscale des plus-values immobilières

La réforme fiscale des plus-values immobilières

La dernière réforme fiscale impacte l’impôt à régler lors de la vente d’un bien immobilier. Quid des locaux professionnels détenus en direct ou par l’intermédiaire d’une SCI ? Suivant la durée de détention les stratégies seront différentes.

Lire la suite...

Comment se prémunir des TMS ?

Comment se prémunir des TMS

A retrouver dans Independentaire n°92 , novembre 2011

12% des chirurgiens-dentistes souffrent de troubles musculo-squelettiques permanents et 53% de douleurs occasionnelles, avec par ordre d’incidence les jambes, le dos et les oreilles (bruits intenses). Comment faire pour améliorer l’ergonomie de ses conditions de travail et limiter les pathologies professionnelles ?

Lire la suite...

Offrez des tickets restos à vos employés

Avec zéro euro de charges sociales pour le cabinet, des assistantes motivées et fidélisées, et via Internet un renouvellement en cinq minutes, les tickets restos apportent une solution parfaitement adaptée au cabinet dentaire. Enquête.

Lire la suite...

5 conseils pour (bien) préparer sa retraite

5 conseils pour (bien) préparer sa retraite

Décrypter le régime des retraites et comprendre les conséquences concrètes de la réforme relève de la gageure pour les néophytes. Explications de spécialistes…

L'allongement de l'âge légal de quatre mois par an pour aboutir à 62 ans pour les assurés nés à compter de 1956 fait partie des derniers décrets qui ont sensiblement modifié le fonctionnement des régimes de retraite de base. Le praticien peut partir avant l'âge légal dans le cadre des carrières longues dans le régime de base et non dans le régime complémentaire.

Lire la suite...