Limiter l’élévation de température lors des forages osseux

 
Limiter l’élévation de température lors des forages osseux

Une élévation de température trop importante et prolongée lors du forage aura pour conséquence d’empêcher ou de réduire l’ostéointégration de l’implant. Quels facteurs concourent à cette hausse de température et quel est le seuil à ne pas dépasser ?

Introduction

Le tissu osseux est un tissu conjonctif avec une matrice extracellulaire en perpétuel remaniement. Ceci met en oeuvre de façon permanente le remodelage osseux comportant une activité de résorption (par les ostéoclastes) suivie d’une activité d’apposition (par les ostéoblastes). Un stress mécanique appliqué sur le tissu osseux (une compression, une fracture, ou encore une élévation de la température) a pour conséquence d’activer un mécanisme visant à protéger les cellules osseuses vis-à-vis de ce stress, mais également d’obtenir une réparation des dommages causés [Chappard 2014].

En thérapeutique implantaire, l’étape du forage consiste en la préparation du tissu osseux afin que celui-ci puisse recevoir l’implant dont le diamètre, la longueur et le positionnement auront été préalablement définis selon la planification prothétique, le volume osseux disponible ainsi que sa qualité (densité, type de tissu, site postextractionnel…), et les obstacles anatomiques éventuels. Le forage est effectué à l’aide de forets entraînés par un moteur dont la vitesse de rotation et le couple sont réglables, et dont la forme permet la coupe du tissu osseux nécessaire à la réalisation du logement souhaité. La friction mécanique lors de cette phase de forage entraîne une élévation de température de la surface de contact entre les forets et l’os pouvant aller jusqu’à 100°C [Matthews et coll., 1972].

Plusieurs facteurs peuvent faire varier l’intensité de la chaleur atteinte. Ces facteurs comprennent la vitesse de rotation, la pression avec laquelle le foret est appliqué par l’opérateur, la durée de travail du foret sur l’os, mais également le type d’os selon sa densité, sa forme, l’usure du foret, ainsi que le refroidissement du site opératoire par irrigation à l’aide de sérum physiologique. Une élévation de température trop importante appliquée de manière prolongée lors du forage aura pour conséquence d’empêcher, ou de réduire l’ostéointégration de l’implant dans le site préparé, pouvant aller jusqu’à la perte de l’implant dans les semaines ou mois suivants. Les facteurs responsables d’une élévation de température plus ou moins importante au niveau du site de forage seront ainsi à l’origine d’une cascade de réactions cellulaires et tissulaires. C’est le bon déroulement, ou au contraire des altérations de certains mécanismes du remaniement osseux qui permettront ou non l’intégration primaire et secondaire de l’implant positionné dans le site préparé.

Facteurs favorisant l'élévation de température lors du forage

Afin de mesurer la température lors d’un forage osseux, deux types d’appareils sont communément utilisés. Il s’agit tout d’abord du thermocouple, dont la sonde peut être insérée dans un foret à irrigation interne [Yamaba et coll., 2015] ou dans un logement créé spécifiquement à proximité immédiate du site de forage. Il peut aussi s’agir d’un thermographe infrarouge permettant d’obtenir des images dont le gradient de couleur est codé par la température [Möhlhenrich et coll., 2015]. Ce dernier a l’avantage d’être plus simple à mettre en oeuvre mais ne permet pas d’indiquer précisément la température en profondeur.

Dr Loïc Feuerstoss présenté par les Drs D. Chappard et B. Guillaume