Réussir une implantation post-extractionnelle immédiate dans un site infecté - Dr Hubert Guillemant

 
Réussir une implantation post-extractionnelle immédiate dans un site infecté

Les lasers accompagnent parfaitement un acte implantaire en répondant notamment à l’exigence de décontamination d’une poche parodontale. Démonstration.

La perte d’une incisive centrale constitue un traumatisme pour le patient et un véritable défi pour le praticien. Avant de réaliser une avulsion, il est primordial de bien anticiper les conséquences de cet acte pour mettre en oeuvre les mesures nécessaires permettant de préserver et de restaurer in fine un environnement osseux et gingival favorable. On décrit souvent le parodonte comme étant le tissu de soutien de la dent, mais on peut dire également que la dent soutient le parodonte. La dent et le parodonte forment un ensemble qui, tel un château de carte, menace de s’effondrer dès qu’un élément vient à manquer. La perte de la dent peut produire très rapidement une fonte de l’os alvéolaire et un effondrement des tissus mous pouvant entraîner un préjudice esthétique important. Un protocole d’extraction-implantation immédiate bien mené doit nous permettre de relever ce défi tout en réduisant le nombre d’interventions, la durée du traitement, l’inconfort du patient, pour finalement améliorer le rendu esthétique et le pronostic de notre traitement.

Mme B. se présente au cabinet, adressée par son dentiste qui lui a annoncé que la dent 21 était condamnée. Les examens cliniques et radiologiques montrent une lésion radiculaire ayant entraîné une fonte de l’os alvéolaire sur la moitié distale de la dent ainsi qu’une inflammation de la gencive marginale ; (Fig.1, 2). Les papilles sont intactes et la ligne des collets est préservée, mais la gencive uniquement soutenue par la dent menace de s’effondrer très rapidement dès que celle-ci aura été avulsée.

La patiente est informée de l’intérêt d’une intervention rapide pour préserver au maximum l’intégrité des tissus environnant la dent. L’éventualité d’une seconde intervention après cicatrisation n’est cependant pas totalement écartée au cas où il serait nécessaire de redonner du volume autour de la dent pour parfaire le résultat esthétique final.

Dr Hubert Guillemant