Étanchéification d’un traitement endodontique et réalisation d’un overlay céramique

restauration

Les reconstitutions esthétiques en céramique collée telles que l’overlay répondent à l’exigence d’une économie tissulaire.


Une patiente m'est adressée pour évictin d'un bris instrumental dans le canal disto-vestibulaire de la dent 26 ainsi que sa reconstitution coronaire ; (Fig.1 et 2). La patiente a seulement 23 ans et une bonne hygiène : il est décidé de réaliser un overlay céramique afin de conserver un maximum de tissus dentaires.
Le traitement endodontique est réalisé sous microscope, ce qui facilite l’éviction du bris instrumental ; (Fig.3). Avant d’assembler l’overlay en céramique, il est nécessaire de reconstituer un noyau dentinaire en résine composite.

Ce premier collage est réalisé selon le protocole suivant :
• sablage des surfaces dentaires (élimination des débris et de l’eugénol contenu dans le ciment d’obturation canalaire qui inhibe le collage) ; (comparatif Fig.4 et 5),
• mordançage différentiel (15 secondes émail ; (Fig.6) 10-15 s maximum dentine ),
• application du primer (10 secondes de manière énergique) ; (Fig.7),
• application et photopolymérisation de l’adhésif (système M&R3 - Optibond FL - Kerr),

• résine composite apposée par petits incréments afin de limiter la contraction de prise. Le traitement endodontique est étanchéifié : la dent est traitée d’un point de vue biologique ; (Fig.8). Il ne reste plus qu’à la rendre de nouveau fonctionnelle.

RÉALISATION DE LA PRÉPARATION
La préparation est réalisée à l’aide d’une fraise jaugée ; (Fig.9) afin d’aménager les 2 mm d’espace prothétique nécessaires à la pérennité de l’overlay en céramique : il suffit de suivre le guide ; (Fig.10). La préparation est soigneusement polie avant de déposer le champ opératoire ; (Fig.11). Après dépose du champ opératoire, une jauge en silicone de 2 mm d’épaisseur est passée entre les dents afin de s’assurer de l’espace prothétique ; (Fig.12). La situation occlusale est fixée à l’aide d’une résine composite molle (Revotec, GC) afin d’éviter toute migration pendant la phase d’élaboration de la pièce prothétique ; (Fig.13).

Après réception de l’overlay, ce dernier est essayé en bouche, il faut veiller à :
• contrôler sa bonne adaptation (limites et points de contact),
• contrôler sa couleur à l’aide d’un gel de Try-in (gel de glycérine ayant les mêmes propriétés optiques que la résine de collage) ; (Fig.14)
• ne pas contrôler l’occlusion car la pièce est très fragile tant qu’elle n’est pas assemblée à la dent.

MISE EN PLACE DE LA PIÈCE
La pièce prothétique est préparée ; (Fig.15). L’intrados est traité à l’acide fluorhydrique selon les données du fabricant (20 s : Emax). On peut noter l’aspect mordancé de la céramique. La surface est silanisée (agent de couplage). La préparation dentaire est, quant à elle, sablée après mise en place du champ opératoire ; (Fig.16). Elle est ensuite mordancée différentiellement, le primer est appliqué puis l’adhésif non polymérisé du fait de sa viscosité et épaisseur importante (Optibond FL, Kerr).
 

Pour lire l'intégralité de cet article Dentoscope n°214, connectez-vous à votre espace ou abonnez-vous gratuitement ici.