Bio-émulation : révolution dans les cas complexes d’agénésies multiples

prothèse

Les techniques de biomimétisme offrent un renouveau dans la prise en charge des patients souffrant d’oligodontie ou d’anodontie.

Les techniques de collage de céramique ont révolutionné la prise en charge et les traitements des patients souffrant de perte tissulaire dentaire par une approche conservatrice innovante. Essentiellement utilisées et créées pour le traitement des érosions et usures sévères chez l’adulte [1], ces techniques sont issues des évolutions scientifiques apportées par les concepts de bio-émulation [2] et les protocoles cliniques de collage d’éléments céramiques (G. Gurel, [3]). Les cas d’agénésies multiples n’avaient jusqu’à présent pas de traitements adaptés et satisfaisants, faisant intervenir de nombreuses solutions invasives par le biais de traitements implantaires complexes avec des résultats esthétiques et fonctionnels mitigés. Le but de cet article est de démontrer dans les cas complexes de réhabilitation globale fonctionnelle et esthétique l’utilisation et l’apport des techniques de biomimétisme et la révolution dans la prise en charge des patients souffrant d’oligodontie ou d’anodontie.

EXAMEN CLINIQUE INITIAL
Le patient est un jeune homme de 18 ans, étudiant en école de commerce, présentant des signes d’agénésies multiples avec persistance de 9 dents lactéales (oligodontie) associées à des signes de microdontie modérée concernant les dents permanentes. L’examen clinique ne décèle pas de pathologie carieuse et l’hygiène bucco-dentaire du patient est excellente.

On observe cliniquement une importante perte de dimension verticale due à la microdontie et une altération importante de l’aspect esthétique du sourire. Un traitement orthodontique fut conduit durant l’adolescence afin de réaligner les dents lactéales et définitives. Les examens complémentaires d’imagerie OTP et Status TIB montrent la persistance de 9 dents lactéales avec une rhizalyse modérée. Une proalvéolie importante persiste malgré le traitement d’orthopédie dento- faciale, empêchant un traitement implantaire antérieur de par l’axe osseux incompatible avec l’axe prothétique.

PLAN DE TRAITEMENT
La demande du patient est centrée essentiellement sur l’aspect esthétique, de par l’important préjudice subi en la matière, associée à un souhait conservateur du patient. Celui-ci exprime une volonté nette de conserver si possible toute ses dents, y compris les lactéales, et d’éviter la chirurgie. C’est pour cela qu’un traitement orthodontique fut réalisé en amont afin d’aligner au mieux les différents éléments dentaires et réduire la dysmorphologie des bases osseuses par un traitement d’orthopédie dento-faciale. Le traitement fut donc dans un premier
temps orthodontique, afin d’être le plus conservateur et non invasif possible [4], associé à une réhabilitation globale du sourire au vue de l’atteinte globale fonctionnelle et esthétique du patient [5-6].
On réalisa pour cela une analyse esthétique et fonctionnelle préalable permettant d’établir un plan de traitement [5-6]. C’est en détournant le traitement initial des érosions usures par la three step technique de Francesca Vailati [1 et 7] qu’un traitement par technique de collage céramique utilisant des restaurations adhésives en céramique (RAC) fut proposé [8-9]. Ce traitement novateur encore jamais tenté pour ce type d’atteinte congénitale permet une réhabilitation fonctionnelle et esthétique sans techniques invasives chirurgicales en augmentant la dimension verticale par des overlays postérieurs associés pour le secteur incisivo-canin à des facettes palatines composites et des facettes vestibulaires céramiques, rétablissant alors la fonction et l’esthétique antérieure.
Cette approche conservatrice permet la préservation de l’intégralité des éléments dentaires et de rétablir également une morphologie des dents définitives atteintes de microdontie.
 

Pour lire l'intégralité de cet article Dentoscope n°215, connectez-vous à votre espace ou abonnez-vous gratuitement ici.