Le bon entretien des instruments rotatifs

protocole

Présentation des étapes de la chaîne d’asepsie.

Le bon entretien des instruments rotatifs est primordial pour assurer un environnement sécurisé à la fois pour les patients, mais aussi pour le personnel dentaire. Cet entretien passe par le nettoyage, la désinfection et la stérilisation des PID (porte-instrument dynamique).

Il est obligatoire, selon les normes européennes, de stériliser l’ensemble des instruments pour éliminer les micro-organismes présents. On évite ainsi la transmission pathogène aux patients et au personnel, tout en agissant pour l’environnement. Le cadre réglementaire est très strict sur ce point. La loi du 4 mars 2002 stipule l’obligation pour le praticien d’effectuer ses actes dans les meilleures conditions de sécurité. Il doit assurer la qualité des soins, la confidentialité, la sécurité des traitements de ses patients et de son équipe. Voicles étapes de la chaîne d’asepsie.

ÉTAPE 1

La pré-désinfection

Elle a pour but de faciliter le nettoyage des instruments et doit être mise en place directement après la fin de leur utilisation. Il faut purger l’instrument au fauteuil 20-30 secondes. Ensuite, avec une lingette détergente-désinfectante, il faut éliminer les souillures externes. Puis, on immerge totalement les instruments dans une solution détergente-désinfectante. Il faut respecter le temps de trempage, entre 4 à 15 min selon le fabricant. Attention, s’il y a immersion totale des PID celle-ci impose ensuite de rincer abondamment l’instrument et de le sécher minutieusement.

ÉTAPE 2

Le nettoyage et la désinfection

Il est conseillé de réaliser cette étape à l’aide d’un thermo-désinfecteur ou d’un automate assurant le nettoyage et la désinfection. Cette opération est importante car elle va conditionner une bonne stérilisation des PID. Pour une action efficace, l’appareil choisi doit mettre en rotation les instruments (turbines et contre-angles) et doit également traiter les tubulures internes.

NSK France
Tél. : 0 808 809 151
www.nsk.fr

Pour lire l'intégralité de cet article Dentoscope n°219, connectez-vous à votre espace ou abonnez-vous gratuitement ici.