Quels protocoles pour trois variations en Cfao ?

Comment gérer la mise en place d'une restauration implanto-portée fixe ? Comment l'adapter à la situation clinique, à la requête du patient et au cahier des charges technico-économiques pour répondre au mieux à l'approche globale de traitement ? Description.

La demande des patients pour des traitements implantaires dans le cadre de l'édentement de grande étendue apparaît essentiellement fonctionnelle. Dans le même temps, la prise en compte des desiderata esthétiques et la prévisibilité du résultat constituent respectivement des leviers pour motiver et satisfaire ces derniers. Les « 5P » définis par P. I. BRANEMARK : « Persistent ; Precision ; Provides ; Predictable & Prognosis » restent à ce jour l'objectif incontestable. La conjugaison de ce principe aux exigences économiques actuelles impose une réflexion et un choix technologique.

  • Premier élément de décision : le matériau constitutif de l'armature. La possibilité de combiner biocompatibilité et cosmétique sans compromettre les propriétés mécaniques permet de choisir le titane et la zircone.
  • Deuxième élément de décision : le coût. La surcoulée à partir de cylindres Au-Pd pour la confection d'une armature implanto-portée garantit une précision d'adaptation satisfaisante mais impose la sélection d'alliages riches en or. L'envolée du prix de ces matériaux rend difficile l'établissement d'un devis raisonnable pour le patient.
  • Troisième élément de décision : la précision d'adaptation et la reproductibilité. L'apport de la Cfao (Conception et fabrication assistées par ordinateur) pour concevoir et élaborer des armatures implanto-portées (Ortorp et coll.) ; garantit par le biais de l'usinage une précision significative comparée à celle obtenue par la fonderie traditionnelle.

Par ailleurs, une équipe australienne (Abduo et coll.) ; vient de publier une étude sur la comparaison de l'adaptation des armatures usinées en titane et en zircone avec une précision équivalente pour ces deux matériaux. Ces études confortent donc le choix de la prothèse obtenue par Cfao.

TABLEAU DÉCISIONNEL PROTHÈSE CONVENTIONNELLE / PROTHÈSE NUMÉRIQUE

Nous allons prendre comme exemple l'édentement de grande étendue où trois cas de figure sont possibles :

  • Grande perte de volume dentaire et parodontal = solution : bridge à armature titane (dents et fausse gencive en résine) ;
    Fig.1 : Bridge à armature titane (dents et fausse gencive en résine)
  • Faible perte de volume = solution : bridge à armature zircone (dents et fausse gencive en céramique) ;
    Fig.2: Bridge à armature zircone (dents et fausse gencive en céramique).
  • Peu ou pas de perte de volume = solution : bridge à armature zircone type prothèse conjointe classique ;
    Fig.3: Bridge à armature zircone type prothèse conjointe classique.

Comme pour tout traitement, nous devons respecter un protocole précis afin d'avoir une reproductibilité dans nos résultats.