Choisir la chirurgie endodontique

La chirurgie endodontique a longtemps été considérée comme le dernier recours avant l'extraction. Elle consistait en une simple résection apicale avec ou sans obturation a retro, et ne donnait pas des résultats suffisamment fiables. L'avènement de nouvelles techniques a permis d'améliorer considérablement son pronostic. Illustration..

Il est aujourd'hui possible grâce au microscope opératoire et aux nouveaux inserts à ultrasons, de préparer et d'obturer la totalité du système canalaire résiduel par voie apicale. Les taux de succès obtenus sont comparables à ceux du retraitement endodontique conventionnel.

INDICATIONS

La chirurgie endodontique est généralement indiquée dans les cas d'échecs de traitement ou de retraitement endodontiques par voie orthograde sur des dents présentant des lésions apicales.

La persistance d'une lésion d'origine endodontique est le plus souvent due à la présence de bactéries résiduelles dans le système canalaire. Des bactéries peuvent également coloniser les tissus péri-apicaux. Seule la chirurgie permet d'éliminer ces bactéries de façon fiable. La chirurgie est également indiquée lorsque le retraitement par voie orthograde ne peut être mené de façon satisfaisante. Des erreurs commises lors de précédents traitements (butées, perforations, fausses routes, instruments fracturés au-delà d'une courbure) ou des difficultés anatomiques (calcifications intra-canalaires, isthmes) peuvent rendre la solution conventionnelle compliquée, voire dangereuse ou impossible. Seule l'intervention par voie chirurgicale permet une gestion correcte du tiers apical. Dans certains cas antérieurs particulièrement bien réussis sur le plan esthétique, l'intégration d'une nouvelle prothèse peut s'avérer difficile. La chirurgie endodontique est alors choisie pour permettre la conservation des prothèses existantes et préserver l'harmonie du sourire.

D'autre part, dans les cas de reconstructions plurales bien adaptées cliniquement, avec ou sans ancrage radiculaire, la chirurgie représente une alternative qui permet d'éviter la dépose des éléments prothétiques. En effet, la dépose par les manœuvres de fraisage, vibration et dégagement des tenons radiculaires provoque l'affaiblissement de la valeur intrinsèque des piliers résiduels pouvant compromettre la réalisation d'une nouvelle prothèse comme le présente le Cas cliniques n°1

Fig.1: Cas clinique 1 - 36 présentant une lésion d'origine endodontique. Les reconstructions coronaire et corono-radiculaire sont satisfaisantes, le traitement endodontique est insuffisant.
Fig.2: Cas clinique 1 - La prothèse est conservée et le retraitement chirurgical est réalisé.
Fig.3: Cas clinique 1 - Guérison à deux ans post-opératoire.

et le Cas clinique n°2

Fig.4: Cas clinique 2 - 23 support d'une reconstruction plurale de grande étendue et présentant une lésion apicale.
Fig.5: Cas clinique 2 - Afin de préserver cette grande construction prothétique, la chirurgie endodontique est réalisée. L'obturation a retro atteint la limite du tenon et remplit la totalité de l'espace canalaire résiduel.
Fig.6: Cas clinique 2 - Vue sous microscope de la crypte osseuse et de l'obturation a retro.
Fig.7: Cas clinique 2 - Guérison ad integrum à un an et demi.