Pose de deux implants en secteur antérieur

Pose

Cette situation compliquée pour le résultat esthétique, en particulier pour la préservation des papilles, peut toutefois être gérée avec succès, pour la plus grande satisfaction du patient.

Madame Françoise L., âgée de 55 ans, vient consulter pour une mobilité et une légère douleur au niveau des incisives centrales supérieures 11 et 21 suite à un choc accidentel. L’examen clinique met en évidence une légère mobilité des dents.

La radiographie confirme le diagnostic de fêlure verticale des racines et donc l’indication d’extraction et de mise en place immédiate de deux implants. La patiente, très attentive à l’esthétique, est très anxieuse sur le résultat esthétique de ce traitement.

Le sondage parodontal indique qu’il y a une perte d’attache sur la 11 et donc que la situation clinique n’est pas très favorable. Il est donc décidé de faire cette intervention avec un lambeau d’accès afin de vérifier l’intégrité des tables osseuses vestibulaires et de pouvoir corriger des éventuels défauts.

Après élévation classique du lambeau, les extractions sont réalisées de façon atraumatique et suivies d’un curetage très minutieux. On constate une perte osseuse verticale au niveau de la 11 et on vérifie avec la curette l’intégrité de la table osseuse vestibulaire au niveau apical qui est indispensable pour la fiabilité de cette technique. Cette perte osseuse de la table vestibulaire constitue une contre-indication de mise en esthétique immédiate.

Le forage est réalisé classiquement, le point d’impact du forage doit être légèrement plus palatin que l’apex anatomique. Les implants sont mis en place à l’aide d’un tournevis manuel qui permet au chirurgien de bien ressentir l’ancrage et la qualité de l’os. En raison de la perte osseuse vestibulaire il est décidé de placer les implants en nourrice.

Les vis de couverture sont mises en place. Un matériau de substitution osseuse Biobank est inséré dans le hiatus entre l’implant et l’os alvéolaire et sur la face externe de l’os. Le matériau est compacté à l’aide de l’instrument spécifique de Palacci. Ce matériau doit être imbibé du sang du patient au moment de son insertion.

Une prothèse amovible provisoire est mise en place pour restaurer l’esthétique. Un contrôle clinique est réalisé deux semaines après l’intervention.

Deux mois après la pose de l’implant, on réalise le deuxième temps chirurgical de dégagement des implants et la pose des piliers de cicatrisation en préservant la papille entre 11 et 21.

On réalise deux semaines plus tard la prise d’empreinte classique avec du silicone Zhermack. Lors de la deuxième séance clinique, on réalise l’essayage des piliers angulés, des armatures et on contrôle l’occlusion à l’aide d’une butée en intercuspidie maximale qui permet de vérifier qu’il y a correspondance entre l’occlusion sur l’articulateur et en bouche. On réalise enfin deux cou-ronnes céramo-métalliques scellées sur des piliers titane transvissés (Laboratoire Métallodont Olivier Garric).

Il faut noter que la pose de deux implants en position adjacente est une situation compliquée pour le résultat esthétique en particulier pour la préservation des papilles, ce qui a été obtenu dans ce cas. Le résultat esthétique donne satisfac-tion à la patiente, ce qui est l’essentiel. 

Pour lire l'intégralité de cet article Dentoscope n°203, abonnez-vous gratuitement ici ou connectez-vous à votre espace