Éliminer le biofilm par une approche innovante - Dr Wong Li Beng

 
Éliminer le biofilm par une approche innovante - Dr Wong Li Beng

L’utilisation d’un dispositif d’aéropolissage avec la poudre appropriée ouvre de nouveaux horizons dans la dentisterie préventive.

La cavité buccale est un environnement dynamique où s’accumulent constamment des micro-organismes incrustés dans une matrice polymérique extracellulaire qui adhèrent à la surface des dents ou à toute matière dure et perméable [1]. Au sein du biofilm, les micro-organismes interagissent par détection du quorum, un peu comme lorsque nous nous saluons, échangeons des conseils ou des cadeaux de Noël avec le voisinage. Cet « échange amical » entre micro-organismes pourrait grandement accroître leur virulence et leur antibio-résistance, comparativement à une existence isolée à l’état planctonique. C’est pourquoi l’élimination mécanique reste le traitement de base des pathologies causées par le biofilm, telles que les caries, la gingivite ou la parodontite.

La plaque dentaire se traduit par un biofilm réel, et son existence peut être démontrée aux patients en utilisant des produits révélateurs ; (Fig.1). La possibilité qu’il se calcifie et forme du tartre rend plus difficile son élimination, et rend d’autant plus importante son éradication le plus rapidement possible. L’élimination de la plaque sous-gingivale est traditionnellement réalisée avec un détartreur ultrasonique ou des instruments manuels, tandis qu’on utilise des cupules en caoutchouc associées à des pâtes à polir pour la plaque supra-gingivale. Les particules abrasives incorporées aux pâtes à polir sont généralement la pierre ponce, l’oxyde d’aluminium, le carbure de silicium, le grenat, le feldspath, le silicate de zirconium, l’émeri, la perlite, etc.