Prothèse supra-implantaire : un protocole numérique innovant - Dr Albert Franck Zerah

 
Prothèse supra-implantaire : un protocole numérique innovant - Dr Albert Franck Zerah

L’association scanner intra-oral et Profile Designer iphysio est-elle la solution pour gagner du temps, de la précision et lutter contre la cratérisation ?

Entrer dans le monde du numérique donne lieu à plusieurs questions. Comment réussir sa transition entre le système traditionnel (empreinte silicone, transfert, analogue, pilier “fabricant”...) et système numérique ? Utiliser un scanner intra-oral va-t-il réellement améliorer nos résultats fonctionnels et esthétiques en prothèses sur implant ? Peut-on vraiment gagner du temps, augmenter la précision des prothèses et surtout lutter contre le risque de cratérisation péri-implantaire en utilisant un système numérique ? L’utilisation d’un scanner intra-oral et du Profile Designer iphysio permet de répondre à ces questions, de respecter un cahier des charges, de pérenniser le complexe implant-prothèse et donc de réussir sa prothèse supra-implantaire.

CAS CLINIQUE

Le respect des trois règles précitées précédemment peut être illustré par l’intermédiaire du cas clinique suivant. Un patient de 65 ans se présente au cabinet pour une réhabilitation implantaire des secteurs postéro-supérieurs et inférieurs droit et gauche. Ce patient, qui n’habite pas Paris (il possède une entreprise à Saint Barthélemy dans les Antilles françaises), correspond parfaitement à un cas d’utilisation des Profile Designers iphysio : il nécessite de réduire le nombre de rendez-vous tout en les rapprochant le plus possible. Une radiographie panoramique est réalisée ; (Fig.1) montrant le besoin de réhabiliter les secteurs postérieurs par une thérapie implantaire adaptée. Le patient ne voulant pas être édenté à droite et à gauche simultanément, il est donc décidé de réhabiliter en premier lieu le secteur gauche puis le droit.

À ce stade un CBCT est réalisé aux secteurs mandibulaire et maxillaire ; (Fig.2). On constate l’agénésie de la première molaire supérieure gauche (#36). Le remplacement de cette dent par un implant sera associé à une greffe d’augmentation du volume osseux (sinus lift crestal, technique de Summers) puisque celui-ci est insuffisant à la lecture du scanner.

On envisagera l’extraction de la racine résiduelle distale de la deuxième molaire mandibulaire gauche (#37) en même temps que le retrait de l’intermédiaire de bridge qui remplace la première molaire mandibulaire gauche (#36). Lors de la mise en place des implants visant à remplacer les dents manquantes, on sélectionne trois Profile Designers iphysio. L’intervention est réalisée sous anesthésie locale. Deux implants surmontés de deux Profile Designers iphysio sont posés à la mandibule et un implant associé à un iphysio est posé au maxillaire supérieur ; (Fig.3) après augmentation du volume osseux au moyen de la technique de Summers. Une radiographie panoramique de contrôle est effectuée ; (Fig.4). Huit jours après l’intervention, les fils sont retirés et plus aucune manipulation