Sécurité au cabinet : faire face à la violence

organisation

Le ministère de la Santé, la DGOS et l’Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS) ont publié en avril 2017 un guide méthodologique de prévention des atteintes aux personnes et aux biens en milieu de santé. Solutions vous résumela situation.

Un des principaux objectifs de ce guide est de réduire voire, faire disparaître, toutes situations de stress puisque ces dernières altèrent significativement la prestation des services et la qualité des soins dispensés.

Selon l’ONVS, les incivilités (remarques désobligeantes, insultes, comportements agressifs) constituent une véritable nuisance sociale qui porte gravement atteinte à la qualité de vie au travail. Ces dernières peuvent même générer chez ceux qui les subissent une accoutumance nocive, destructrice de leur personne et du sens et de l’intérêt de leur travail. Peuvent s’ensuivre un stress chronique, une perte de confiance et démobilisation, dégradation de l’ambiance, des dysfonctionnements divers, etc.

Entre les mains du ministère 
dela Justice 
Pour ce faire, les accords « Santé-sécurité-justice » ont été mis en place par le ministèrede la Justice en 2005 puis étendus aux ordres professionnels en 2011. Ces accords renforcent les liens de proximité par la désignation d’un correspondant local police/gendarmerie des professionnels de santé.

D’une manièregénérale, une insuffisante profession- nalisation de la sécurité est constatée.

La vidéo-protectionde votre cabinet

Il est conseillé d’éviter la surenchère technologique et d’adapter l’équipement aux besoins préalablement définis. À noter que le systèmede vidéo-protection interne de votre cabinet doit dans l’idéal être compatible avec celui de la ville dans lequel il est implanté. Dans la mesure du possible, le positionnement des caméras doit permettre :

- l’absence d’angle mort ; 
- la reconnaissance des individus en toutes circonstances ; 
- le traitement de la totalité d’un flux de son entrée jusqu’à sa sortie de l’enceinte afin de pouvoir anticiper, réagir et apporter les preuves utiles; 
- l’absence de neutralisation par une évolution (construction, feuilles des arbres en été, pousse d’un arbre, développementde la végétation etc.); 
- la vue de chaque caméra par une autre afin de suivre sans discontinuer un flux et d’éviterla neutralisation d’une caméra; 
- l’enregistrement sur une période suffisamment longue, en lien avec les procédures d’alerte de votre cabinet, afin que les images soient utilisables comme élémentde preuve.
 

Pour lire l'intégralité de cet article Orthophile n°57, connectez-vous à votre espace ou  abonnez-vous gratuitement ici.