Travailler avec un proche

management

Vous vous appréciezet votre binôme dégage une telle énergie que vous avez décidé de vous associant. Autre hypothèse, vous avez recruté une assistante car vous entretenez des liens privés avec elle. Tout cela est bien entendu animé par les meilleures intentions. Mais attention, travailler avec un proche exige de prendre certaines précautions.

Le favoritisme vous éviterez

Si vous recrutez un proche, prenez garde de ne pas détruire l’atmosphère de travail et de confiance que vous avez construite avec le reste de votre équipe. Vos liens affectifs pourraient vous inciter à pardonner certaines erreurs que vous ne permettez pas à d’autres. Et inversement, ne soyez pas plus exigeant avec un membre de votre famille ou un ami. Dans les deux cas, c’est l’inégalité de traitement qui sera la source du déséquilibre dans le staff et nourrira rancœur, jalousie et méfiance.

Les limites vous poserez

En collaborant avec un proche, il peut êtretentant d’installer une ambiance de travail décontractée et permissive. Or, si un environnement convivial peut êtreun atout pour votre cabinet, il est nécessaired’établirdes limites avec vos associés, collaborateurs ou assistantes. Premièrement, par respect pour ceux avec qui vous ne partagez pas la même intimité. Deuxièmement, pour rester dans un espace de travail et prévenir les excès de camaraderie qui vous dépasseraient peut- être un jour...

Les tensions vous préviendrez

Il est impératif de planifier dès le premier jour de la collaboration ce que vous ferez lorsque vous devrez gérer une tension avec une assistante-cousine, un associé-copain ou un collaborateur-fils d’un ami. Comment user de son statut lorsque, depuis plusieurs mois, on s’est évertué à abolir toute forme de hiérarchie? Les marches arrièresont souvent bien plus délicates que les fuites en avant.
 

Pour lire l'intégralité de cet article Orthophile n°58, connectez-vous à votre espace ou  abonnez-vous gratuitement ici.