Entretien avec Maxime Rotenberg - président national de la Société Bioprogressive Ricketts

À l’occasion des prochaines Journées nationales de la Société Bioprogressive Ricketts à Toulouse du 12 au 14 septembre prochain, le Dr Maxime Rotenberg prend la parole et revient sur sa nomination à la présidence nationale de la société scientifique en succession au Dr Daniel Rollet.

Dr Maxime Rotenberg, vous avez pris la présidence nationale de la SBR en succession du Dr Daniel Rollet… Comment s’est déroulée cette passe d’arme et comment vous êtes-vous installé dans cette fonction ?

La nomination à la présidence nationale de la SBR (le mandat est de deux ans renouvelable, N.D.L.R.) s’est déroulée en même temps que l’organisation des Journées de l’orthodontie de novembre dernier.

En fait, il s’agit d’une élection démocratique par le bureau qui regroupe tous les présidents des régions réunis aux JO ; la SBR est la seule société scientifique d’orthodontie française qui est organisée de façon à fonctionner en région(s). Si je n’étais pas prêt jusqu’à présent à assumer une telle charge, j’ai eu le déclic cette fois-ci avec le soutien de l’équipe et j’ai accepté de présenter ma candidature me sentant suffisamment aguerri et arrivé à maturité pour relever ce qui représente pour moi un vrai défi. Président de la région Sud-Ouest depuis plus de dix ans, la responsabilité nationale est un véritable honneur que je souhaite assumer dans la douceur et la continuité de ce qui a été réalisé par mon prédécesseur, le Dr Daniel Rollet que j’apprécie particulièrement.

C’est à ses côtés que j’ai commencé à prendre de plus en plus part à la représentation de la SBR au sein notamment de la Fédération française d’orthodontie où siègent les présidents des onze sociétés scientifiques de l’orthodontie de France. La SBR est engagée sur le plan national et international, la présidence représente une grande part de représentation et amène à prendre des décisions importantes dans le paysage de l’orthodontie en France.

Quel sera votre style de présidence, avez-vous des axes particuliers dans lesquels vous souhaitez inscrire votre action ?

Évidemment, l’organisation de notre société dans les grandes régions de France implique une représentation aussi sur le terrain à une échelle plus locale : j’aspire à valoriser l’échange entre toutes nos entités dans une inter-régionalité à coordonner parce qu’il n’existe pas encore réellement de communication entre nos régions, si ce n’est à l’occasion des Journées nationales tous les deux ans et internationales tous les six ans. Je m’attache ainsi à la mise en place d’actions entre nos bureaux pour valoriser cet enrichissement professionnel pour chacun et, toujours dans cette optique et puisque je suis investi à l’université (Maxime Rotenberg est MCU/PH à Toulouse, N.D.L.R.), j’ai à coeur, de la même façon, de mettre notre congrès à la portée financière des étudiants en ODF en leur proposant des conditions d’inscription adaptées.

La SBR participe cette année encore au séminaire national Cecsmo-DESODF (à Nantes du 28 avril au 2 mai) afin de dispenser notre philosophie aux étudiants Cecsmo 3 et internes de 3e année : cette organisation bien rodée reçoit chaque année les félicitations des étudiants qui y découvrent et apprécient une ambiance de travail à la fois sérieuse et conviviale qui reflète bien l’état d’esprit de notre société.

Vous avez choisi pour thème de vos Journées nationales « La prise en charge globale du patient en orthodontie : les pierres qui forment l’édifice ». Que pensez-vous apporter de nouveau sur ce sujet ?

Ayant soutenu une thèse d’université en mathématiques (ma seconde passion après l’orthodontie), j’ai eu l’occasion, durant cinq années, de travailler en collaboration avec une discipline qui semble assez éloignée de notre spécialité. Mais ces échanges ont été très constructifs et nous ont tous beaucoup enrichis. Cela m’a sensibilisé au travail pluridisciplinaire.

Le congrès est articulé sur trois journées et proposera des conférences de 15-20 minutes présentées par des intervenants sélectionnés pour leur capacité à exprimer leurs notions simplement : nous visons l’échange interdisciplinaire. Pour aborder la prise en charge globale (qui est la réalité de l’exercice en libéral avec les correspondants et à l’hôpital également), nous avons donc rassemblé partenaires et scientifiques de professions différentes (orthodontistes, pédodontistes, parodontistes, ORL, orthophonistes, ostéopathes, pédiatres, kinésithérapeutes, posturologue…) pour nous ouvrir à ces disciplines de façon à orchestrer cette prise en charge du patient dans son ensemble.

Cette prise en charge globale est, ne l’oublions pas, en prise directe de notre concept bio progressif destiné plus particulièrement à l’enfant et un des rares à pouvoir être appliqué en denture mixte. Les Journées nationales, dans cette optique, nous permettront de faire le point sur les nouvelles avancées thérapeutiques qui apparaissent et qui doivent être intégrées dans notre pratique pour coller à l’évolution de l’orthodontie. Le congrès prévoit également des visites touristiques et culturelles ainsi que des activités sportives pour un moment de détente le samedi après-midi (sans oublier la journée « golf-précongrès » du jeudi) : un esprit sain dans un corps sain et travailler en s’amusant, telle est ma double devise ! D’ailleurs, la soirée de gala est organisée dans un site exceptionnel situé au dernier étage de la médiathèque de Toulouse et sera suivie d’une animation musicale nous permettant de nous retrouver sur la piste de danse pendant et après le dîner.

Parmi les nouveautés de nos journées, nous proposons un prix « jeunes conférenciers », sélectionnés pendant les dernières Journées de l’orthodontie, qui présenteront leur mémoire Cecsmo afin qu’un jury détermine le meilleur conférencier. Le lauréat se verra remettre le prix Julien Philippe par le professeur en personne au Palais des congrès. Fait marquant de ma présidence cette année, l’élection d’un nouveau bureau au sein de la FFO : le choix de la SBR se prendra de façon collégiale en bureau comme le faisait mon prédécesseur. Le vote étant proportionnel au nombre d’adhérents, chaque voix compte et importe pour le rayonnement de l’orthodontie française de demain.

Téléchargez le programme des "Journées Nationales d'Orthodontie" de la SBR - en cliquant ICI"