Les 6 clés d'un cabinet zen

communication

Penser l’aménagement et l’atmosphère de son cabinet profite aux patients ainsi qu’à tout le personnel qui y travaille.

En préambule de cet article, nous devons vous mettre en garde. Les conseils que nous allons délivrer ne doivent pas occulter votre rôle au sein du cabinet. Vous en êtes le personnage principal, celui qui va donner le tempo de la structure et générer son ambiance. Ne vous oubliez donc pas ! Prenez soin de votre corps et de votre esprit, écoutez-vous et ne succombez pas au stress que vous transférerez inconsciemment à vos patients.

1. Des matières, des formes et des couleurs reposantes

S’il est une matière à privilégier dans votre cabinet zen, c’est le bois. Il évoque naturellement le retour aux sources et la sérénité. Un beau parquet se prête donc très bien à une ambiance zen. Les réalisations inspirées du zen épousent souvent des couleurs naturelles, dans des tons doux, comme le blanc, le gris ou le beige, qui ont le pouvoir de provoquer un sentiment de détente. Toutefois, même si la base repose sur un camaïeu de couleurs claires et naturelles, on peut aussi inviter le rouge dans cette ambiance. Associé au gris, ou à un beige clair, il apporte une vibration et réchauffe l'atmosphère. Dans la tradition du bouddhisme, la couleur rouge est celle de la vie et de l’amour. Si les moines bouddhistes portent une robe rouge, vous pouvez parfaitement l’utiliser, avec modération ! Optez pour un mur rouge, un canapé ou un luminaire, une note suffit. Côté mobilier, les meubles de style zen sont caractérisés par des lignes claires et évitent les détails complexes et l’excès d’ornements. Les formes rondes ou ovales sont recommandées. Elles évoquent la douceur et invitent à la quiétude.

2. De la musique pour détendre les patients

Pour la musicothérapeute Alexandra de Fonds-Montmaur, « il n’existe pas de playlist universelle qui conduirait tous les auditeurs à la détente ». Exit donc l’idée de créer un enchaînement de vingt titres diffusés dans la salle d'attente pour relaxer les patients. « De nombreuses recherches ont été effectuées dans le but d'établir des liens entre la musique et l’état émotionnel des patients, mais les conclusions ne sont pas définitives. Sont par exemple souvent mises en avant les pulsations d’une musique, c’est-à-dire le nombre de battements à la minute. Plus ils sont lents, plus la chanson sera apaisante. Il existe d'ailleurs de nombreux disques dédiés à la relaxation. Or, rien ne prouve que cela fonctionne à chaque fois », tempère la musicothérapeute.

Pour lire l'intégralité de cet article Orthophile n°67, connectez-vous à votre espace ou abonnez-vous ici.