Je m’offre une pano 3D ?

 
Je m’offre une pano 3D ?

Au-delà de l’intérêt seulement clinique d’un cliché panoramique 3D, le présenter à un patient améliore sensiblement la communication… et avec elle l’augmentation du taux d’acceptation de devis globaux. On y va ?

Quoi de plus frustrant qu’un entretien de 10 minutes qui se conclut par un impuissant : « Il me faudrait une radio panoramique pour en savoir plus, il faudra prendre rendez-vous avec un radiologue et on se revoit la semaine prochaine... » ? Proposer au patient de réaliser sa radio panoramique immédiatement (rapidité du diagnostic) au cabinet (confort du patient) est incontestablement un service rendu à votre patient, un gain de temps et d’énergie pour vous deux. Avec un appareil disponible au cabinet, la prescription est plus aisée, Par Adélie Vasco Je m’offre une pano 3D ? © iStockphoto / sukhum2017 Au-delà de l’intérêt seulement clinique d’un cliché panoramique 3D, le présenter à un patient améliore sensiblement la communication… et avec elle l’augmentation du taux d’acceptation de devis globaux. On y va ? indépendentaire 138 I Mai 2016 51 l’information plus rapidement accessible. L’expérience montre que le nombre de radios panoramiques prescrites est jusqu’à dix fois supérieur quand la pano est au cabinet. Dans le cas contraire, le praticien hésite à en demander une, le patient rechigne à se déplacer. Quatre avantages donc à systématiser la prescription d’une radio panoramique. La motivation du patient et l’aide au diagnostic bien sûr, si cela ne suffit pas… la rentabilité et le confort en revanche justifient à eux seuls un tel investissement. Si l’on part du constat que les informations recueillies par le radiologue sont les mêmes que celles que l’appareil panoramique installé au cabinet, alors on pourrait trancher (un peu abruptement) qu’investir dans une radio panoramique au cabinet n’apporte aucun avantage… clinique. Les avantages (en dehors donc du critère premier de faciliter et de sécuriser un diagnostic) résident ailleurs, dans le confort apporté au patient et dans l’opportunité de mieux communiquer avec lui. Regarder une radio panoramique (avec les commentaires avisés de son praticien) est la seule occasion donnée au patient de découvrir sa bouche de façon globale.

Quant au passage à la 3D : comment expliquer facilement l’interaction entre les dents, la migration d’une dent, la réaction d’une antagoniste ou un problème d’occlusion ? Comment localiser précisement les dents incluses ? Mettre en évidence la présence de fractures ? Visualiser le positionnement exact des molaires à trois racines, les traitements canalaires ? Une vue globale de la bouche est bien plus efficace, rapide et pédagogique que la rétro-alvéolaire ou la pano classique qui rend très difficile l’argumentation. Le taux d’acceptation des devis est beaucoup plus élevé sur les plans de traitement complétés par une radio panoramique 3D, même si elle n’est pas pertinente pour les cabinets omnipratiques « classiques ».

Ce que dit votre pano 3D de vous

Une pano 3D au cabinet donne instantanément une image de technicité et de modernité au cabinet, ce qui a pour effet de rassurer les patients. Un cabinet à la pointe de l’équipement l’est aussi pour les soins, forcément. L’image de professionnalisme du cabinet est assurée. La disponibilité immédiate des résultats allie services rendus (aux patients et au praticien) à une rentabilité non négligeable, les patients vous sauront gré de ne pas avoir à prendre un rendez-vous ailleurs, à un autre moment pour avancer dans leur parcours de soins dentaire avec vous. Combien en avez-vous perdu entre l’envoi chez le radiologue et le deuxième rendez-vous ? Certains praticiens se targuent de mesurer ainsi le degré de motivation des patients et leur implication dans la relation thérapeutique, seuls les méritants entrant dans leur patientèle… en des temps plus concurrentiels, les dispenser d’une telle « épreuve » n’est pas du luxe.

De meilleurs diags

La vue en trois dimensions permet un meilleur diagnostic car l’examen est plus rapide, plus complet et plus précis, ce qui confère au cliché un plus grand pouvoir d’investigation. Le seul exemple des pathologies kysthiques et/ou inflammatoire est éloquent : 4/5e de ces lésions ne sont pas visibles sur un cliché panoramique ou rétroalvéolaire en 2D alors qu’elles sont parfaitement mises en évidence par un cliché en 3D. Acheter une 3D est sécurisant pour le patient auquel l’on peut proposer des solutions adaptées à sa pathologie.

Zoom sur la rentabilité

Une machine 3D permet de faire des panos classiques (1) et des vues 3D (2). Elle coûte en moyenne (en fonction de la taille du champ et en se basant sur la taille moyenne haute) : 75 000 €.

Sur 7 ans en leasing : 1 012,50 € TTC/ mois ou 12 150 €.

1) Remboursement du cliché pano classique
Z16 soit 16 x 1,33 € (la valeur unitaire du Z) = 21,28 €. Donc la machine est payée à partir de 1012,50/21,28 = 48 clichés. Sans avoir fait une seule vue 3D…

2) Les vues 3D
• Recherche de pathologie infectieuse, après radio rétro ou panoramique et à l’exclusion des traitements implantaires : remboursement au patient de 71,66 €

• Coupe pour implant : non remboursée et en général inclue dans le plan de traitement : en moyenne 125 €.

Exemple : 100 implants par an et 100 coupes à 125 € = 12 500 € soit le prix de la machine (sans compter les pano classiques et les recherches de pathologies...)

Dans tous les cas, la seule cash machine en vente libre…

Nota : Ces calculs ne prennent pas en compte le nombre de plans de traitements complets acceptés. Et, quoi de plus efficace qu’une radio d’une bouche complète pour faire accepter un devis de bouche complète ?